Hécatomnos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monnaie de Hécatomnos

Hécatomnos (en grec Ἑκάτoμνως / Hekátomnôs) est satrape de Carie de 385 à 377 av. J.-C.. Il institua une dynastie dont il est l’éponyme, les Hécatomnides qui régnèrent sur la Carie jusqu’à sa conquête par Alexandre le Grand en 334 av. J.-C.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hécatomnos est nommé satrape de Carie par le roi de Perse Artaxerxès III pour commander ses forces navales dans sa guerre contre le roi de Salamine de Chypre Évagoras (410-374 av. J.-C.). Dans un premier temps il passa à Chypre avec une armée considérable[1]. Les opérations trainaient en longueur. Hécatomnos prit ses distances avec la Perse, de sorte qu’à la reprise des hostilités, non seulement il n’aida pas les Perses mais il soutint secrètement Évagoras en lui versant d’importantes sommes d’argent pour payer des troupes de mercenaires[2],[3]. Il semble que cette trahison soit passée inaperçue dans le royaume de Perse alors en pleine désorganisation, toujours est-il que Hécatomnos se maintint à son poste en Carie[2] instituant une dynastie héréditaire.

Les Hécatomnides[modifier | modifier le code]

Natif de Mylasa, Hécatomnos en a fait sa capitale. Il a fait frapper des monnaies à l’effigie de Zeus Labrandéen dont le temple se trouvait à Labranda. Hécatomnos est mort en 377 av. J.-C. son fils Mausole lui a succédé. Père de trois fils et deux filles[4] :

La conquête d’Alexandre le Grand interrompit le règne de Pixodaros qui restaura Ada sur le trône.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique [détail des éditions] [lire en ligne] (XIV, 98)
  2. a et b (en) William Smith, Dictionary of Greek and Roman Biography and Mythology, vol. 2, C.C. Little and J. Brown (lire en ligne), « Hecatomnus », p. 364-365
  3. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique [détail des éditions] [lire en ligne], XV, 2
  4. (en) Henry Fynes Clinton, An epitome of The civil and literary chronology of Greece,‎ 1851, 470 p. (lire en ligne), p. 230-231