Friedrich Christian Delius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Friedrich Christian Delius

Description de l'image  DELIUS.jpg.
Activités écrivain, poète
Naissance 13 février 1943
Rome
Langue d'écriture allemand
Genres roman
Distinctions Prix Georg-Büchner, Prix littéraire de la ville de Mainz, Prix Walter-Hasenclever
Friedrich Christian Delius

Friedrich Christian Delius (F. C. Delius), né le 13 février 1943 à Rome, est un écrivain allemand. Il a reçu le Georg-Büchner-Preis en mai 2011 pour l'ensemble de son œuvre composée de romans et de récits qui montrent une observation fine et critique de l'état d'esprit de l'Allemagne du XXe siècle[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de pasteur élevé en Allemagne de l'Ouest, dans le Land de Hesse, tout près de la frontière avec la RDA, Friedrich Christian Delius gagne Berlin en 1963 pour suivre des études de philosophie qui le conduiront au doctorat. Il travaille ensuite dans le monde de l'édition de 1970 à 1978 avant de se consacrer entièrement à l'écriture de textes en prose[2]. Écrivain reconnu en Allemagne, il sera lauréat de nombreux prix littéraires dont le prestigieux Georg-Büchner-Preis en 2011.

Il est élu membre de l'Académie des arts de Berlin en 2007[3].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Friedrich Christian Delius a publié une vingtaine d'ouvrages dont des romans comme Die Birnen von Ribbeck (Reinbek bei Hamburg, 1991) et Der Sonntag, an dem ich Weltmeister wurde (Reinbek bei Hamburg, 1994). Dans le premier, Les Poires de Ribbeck, paru en français en 1994 aux Éditions Labor à Bruxelles, il décrit le moment de la chute du mur de Berlin et la confrontation de deux mondes [4], alors que dans Le Dimanche où je suis devenu champion du monde (éditions Fayard, Paris, 2008) il évoque le jour où l'Allemagne de l'ouest (la RFA) remporte la coupe du monde de football en juillet 1954 : c'est un moment déterminant où le héros, garçon de 11 ans, se libère des contraintes rigides d'une famille de pasteur en même temps que l'Allemagne de l'après-guerre retrouve un statut de vainqueur[5].

Liste des œuvres et prix littéraires[modifier | modifier le code]

Voir l'article en allemand de:Friedrich Christian Delius

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

  • Otage classe touriste [« Mogadischu Fensterplatz »], trad. d’Olivier Mannoni, Paris, François Bourin Éditeur, 1989, 290 p. (ISBN 2-87686-024-4)
  • Les Poires de Ribbeck [« Die Birnen von Ribbeck»], trad. de Françoise Wuilmart, Bruxelles, Belgique, Éditions Labor, 1994, 78 p. (ISBN 978-2-8040-0995-3)
  • Le dimanche où je suis devenu champion du monde [« Der Sonntag, an dem ich Weltmeister wurde »], trad. de Jean-Claude Capèle, Paris, Éditions Fayard, 2008, 156 p. (ISBN 978-2-213-63567-5)

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]