Frank Capone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frank Capone
assassinats
Nom de naissance Salvatore Capone
Naissance janvier 1895
Brooklyn, Drapeau de l'État de New York New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès 1er avril 1924
Chicago, Drapeau des États-Unis États-Unis
Cause du décès Tué par la police
Pays États-Unis
Région(s) Illinois
Ville(s) Chicago

Frank Capone, de son vrai nom Salvatore Capone, est né en janvier 1895 à Brooklyn (New York) et décédé le 1er avril 1924 à Chicago (États-Unis). Frank Capone était un des gangsters de Chicago qui a participé à la tentative de prise de contrôle de la ville de Cicero.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frank Capone était le fils de Gabriele Capone, un immigrant italien qui s'est installé avec sa femme Teresina à New York en 1894. Outre Al, Frank avait un autre frère qui est devenu un gangster, Ralph Capone. Ayant grandi à New York, Frank et Al se sont impliqués dans le tristement célèbre Five Points Gang avec le gangster Johnny Torrio.

En 1918, Torrio avait déménagé à Chicago et il va demander à Al et plus tard à Frank de le rejoindre.

En 1920, Torrio avait pris en charge le Gang South Side. Bien qu'Al était enclin à la violence, Frank était considéré comme bien pire. Alors qu'Al habituellement voulait négocier, Frank choisissait d'utiliser immédiatement la violence, expliquant que, « You never get no back talk from a corpse »[1].

La reprise de Cicero[modifier | modifier le code]

En 1923, les électeurs de Chicago ont élu un nouveau maire, William Dever, qui sévissait contre les Torrio, les frères Capone et leur gang. En réponse, Torrio charge Al de créer des bordels et des jeux illégaux dans Cicero (une banlieue de Chicago). Le travail de Frank Capone était de représenter le gang dans ses rapports avec le conseil municipal. Frank était doux avec son frère Al, il projetait l'image d'un homme d'affaires respectable, toujours vêtu d'un costume soigné[2].

Le 1er avril 1924 ont lieu des élections primaires. Afin de protéger le contrôle politique du gang de Cicero, Frank a déclenché une vague de terreur sur la ville. Il a envoyé des membres avec des mitraillettes et des fusils de chasse à canon scié pour s'assurer que les résidents locaux ont voté à droite comme ils le souhaitent et les électeurs non coopératifs ont été agressés et interdits de voter. Frank a mené une attaque contre le quartier général de campagne d'un adversaire, a saccagé son bureau et a agressé plusieurs travailleurs[2].

La police[modifier | modifier le code]

Le département de police de Chicago (CPD) a envoyé 70 policiers en civil à Cicero pour maintenir l'ordre. Les agents ont mené des batailles toute la journée. Autour de la mi-journée, environ 30 policiers sont arrivés dans neuf voitures en dehors d'un bureau de vote près de l'usine Western Electric. Déjà à la gare, Frank et Al Capone avaient pensé que ces officiers en civil étaient membres du gang rival Mob North Side. Selon la police, Frank a sorti un pistolet et a tiré sur les policiers. Cependant, certains spectateurs ont dit que Frank n'a jamais eu d'arme dans sa poche arrière. Dans les deux cas, les policiers ont ouvert le feu, tuant Frank de dizaines de coups de feu[3]. Al réussit à s'échapper sain et sauf.

Furieux de la mort de Frank, Al riposte en tuant un officiel, en enlève d'autres et vole des urnes des bureaux de vote. À la fin de la journée, le candidat des Capone, Klenha, avait gagné[4].

Les funérailles[modifier | modifier le code]

Après la mort de Frank, les journaux de Chicago étaient pleins d'articles soit louant ou condamnant la police. Un coroner a déterminé plus tard que le meurtre de Frank était une fusillade justifiable puisque Frank avait résisté à son arrestation.

Le 4 avril 1924, Frank Capone a reçu des funérailles extravagantes, avec 20,000 $ de fleurs placées du cercueil plaqué d'argent et plus de 150 voitures dans le cortège. Ironiquement, Al a acheté les fleurs d'une boutique appartenant à son rival North Side Gang, Dion O'Banion.

Frank a été enterré au mont des Oliviers, cimetière catholique de Chicago. Le Chicago Tribune a rapporté que l'événement était approprié. Par respect pour son frère mort, Al Capone a fermé les bordels deux heures pendant les funérailles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Frank Capone" Seize the Nigh
  2. a et b The Brothers Capone par Allan May Crime Magazine
  3. "Capone: the man and the era" Par Laurence Bergreen (Google Books)
  4. "AL CAPONE" TruTV Crime Library

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]