Forum alternatif mondial de l'eau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Forum Alternatif Mondial de l'Eau dit « FAME » est un contre événement issu des mouvements alternatifs et anticapitalistes en rassemblant la société civile, notamment en contre-pied au Forum mondial de l'eau[1].

L'objectif de cette rencontre est de promouvoir l'idée que l'eau est un bien commun de l'humanité.

Origine et Histoire[modifier | modifier le code]

Contestation[modifier | modifier le code]

Ce forum s'organise autour de la volonté de lutter contre la logique anti-sociale et anti-environnementale du Forum mondial de l'eau. Son organisateur, le Conseil mondial de l'eau étant représenté par des personnalités proches des grands groupes privés. À travers le Conseil mondial de l'eau son président est Loic Fauchon[2], aussi président du Groupe des Eaux de Marseille (filiale des deux groupes précédemment cités). Ainsi, les soupçons d'un objectif lucratif sur l'eau sont fort. Cette organisation s'arrogerait le droit de gouvernance des ressources en eau, sous couvert d'Objectifs du millénaire pour le développement et de l'ONU pour utiliser l'eau comme un bien lucratif.

Les forums alternatifs passés[modifier | modifier le code]

Ou au sein des Forums Sociaux Mondiaux comme à Porto Alegre, Caracas, Nairobi ou Belem.

Le Forum Alternatif Mondial de l'Eau de Marseille 2012[3][modifier | modifier le code]

Le FAME 2012 se déroule au même moment et dans la même ville que le Forum mondial de l'eau à Marseille en Mars. L'organisation prétend rassembler 1500 participants avec peu de financement, contre 2000 contre l’évènement officiel qui a beaucoup d'influences et de financements.

L'organisation[modifier | modifier le code]

Défense d'une cause[modifier | modifier le code]

L'eau y est défendue pour être un bien public géré par la population dans le respect des normes sociales et environnementales.

Le combat est porteur, car des réseaux nationaux, continentaux et internationaux se sont mis en place et la privatisation à diminué. C'est le cas en France, pays d'où est issu le mouvement de privatisation et des grandes entreprises des eaux telles que GDF-Suez ou Veolia.

Les objectifs[modifier | modifier le code]

Le FAME se donne pour objectifs[4] :

  • la reconnaissance de l'eau comme bien commun de l'humanité (Voir Patrimoine mondial ;
  • l'accès à la ressource comme droit fondamental (Reconnaissance par l'ONU le 28 juillet 2010[5]).
  • la gestion et la protection publique des ressources ;
  • la répartition concerté et démocratique des ressources ;
  • la mise en place d’une tarification progressive de l’eau potable domestique ;
  • la promotion des alternatives de techniques écologiques de production d’eau et d’assainissement ;
  • l’anticipation des effets du réchauffement climatique.

Actions[modifier | modifier le code]

Le FAME entend poursuivre et amplifier ce mouvement par[6] :

  • l’élaboration et la promotion d’un discours alternatif majoritaire en faveur d’une gestion écologique et démocratique de l’eau ;
  • la poursuite de la recherche de solutions à la crise mondiale de l’eau ;
  • la structuration durable du mouvement.

Ce mouvement a favorisé la reconnaissance de l’accès à l’eau comme l’un des droits humains fondamentaux par l’Assemblée Générale de l’ONU le 28 juillet 2010[5]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.france.attac.org/articles/pourquoi-un-forum-alternatif-mondial-de-leau&title=%5B1%5D
  2. [1]
  3. FAME 2012[2]
  4. Charte du FAME 2012 [3]
  5. a et b Assemblée générale - Décision AG/10967 du 28/7/2010[4]
  6. Accueil FAME 2012

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]