Fernando Olivella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fernando Olivella
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nom Fernando Olivella Pons
Nationalité Drapeau : Espagne Espagnol
Naissance 22 juin 1936 (78 ans)
Lieu Barcelone, Espagne.
Taille 1,74 m
Période pro. 1954-1969
Poste Défenseur
Parcours junior
Saisons Club
1953-1954 Drapeau : Espagne FC Barcelone
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1954-1956 Drapeau : Espagne España Industrial
1956-1969 Drapeau : Espagne FC Barcelone 248 (1)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1953-1954 Drapeau : Espagne Espagne -18 ans 008 (0)
1955 Drapeau : Espagne Espagne amateurs 003 (0)
1956-1958 Drapeau : Espagne Espagne B 006 (0)
1957-1966 Drapeau : Espagne Espagne 018 (0)
1966-1968 Drapeau : Catalonia Catalogne 002 (0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 1 septembre 2014

Fernando Olivella Pons, surnommé Ferran Olivella, est un ancien footballeur espagnol, né à Barcelone, le 22 juin 1936. Il évoluait au poste de défenseur. Ce joueur a réalisé la totalité de sa carrière au FC Barcelone ou au prédécesseur de ce club. Olivella a notamment été sacré champion d'Europe en 1964 avec l'Espagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Il joue au FC Barcelone de 1956 à 1969, d'abord comme défenseur latéral puis comme stoppeur. Prudent et attaquant peu (il inscrit un seul but avec le Barça), il brille par son autorité et son sens de l'anticipation[1]. Il connaît des saisons particulièrement glorieuses entre 1957 et 1960, où lui et ses coéquipiers remportent le championnat (la Liga) en 1959 et 1960, la Coupe des villes de foires en 1958 1960, et la Coupe du Roi en 1959[2].

Après des saisons quasi blanches entre 1961 et 1963, il retrouve sa place de titulaire jusqu'en 1966. Régulièrement blessé par la suite, il joue de moins en moins et arrête définitivement sa carrière sportive en 1969[2]. Son palmarès compte finalement deux Liga, quatre coupes d’Espagne, trois Coupes des villes de foires. Il a disputé 500 matchs avec Barcelone, toutes compétitions confondues[3] (d'autres sources indiquent un peu plus, 509[4] ou 513[5]), dont 214 en championnat[2].

En 2009, le journal britannique The Independent le cite dans sa Dream team du FC Barcelone, aux côtés de Ronald Koeman en défense centrale[1].

En sélection nationale[modifier | modifier le code]

Il est international espagnol à 18 reprises (1957-1965) pour aucun but. Sa première sélection est honorée le 31 mars 1957, contre la Belgique, match se soldant par une victoire sans appel 5 buts à 0.

Il participe à l’Euro 1964, comme capitaine de la sélection ibérique. Il est titulaire contre la Hongrie puis en finale contre l’URSS. Bien s'il soit fautif lors de l'égalisation des Soviétiques, en ayant concédé le coup-franc décisif, il fait partie de l’équipe-type du tournoi[5], son équipe remportant la compétition, sur le score de 2 buts à 1[6].

Il fait sa dernière apparition avec l'équipe nationale le 8 décembre 1965, à Madrid contre l’Angleterre. Six mois plus tard, il fait partie de la sélection ibérique pour la Coupe du monde de football de 1966, mais ne joue aucun match dans ce tournoi. L’Espagne est éliminée dès le premier tour.

En 1966 et 1968, il porte à deux reprises le maillot de l'équipe de Catalogne[4].

Dirigeant[modifier | modifier le code]

De 1989 à 1993, il est directeur sportif du FC Barcelone, sous la présidence de Josep Lluís Núñez[3].

Clubs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Dream Teams: Barcelona », The Independent,‎ 8 avril 2009
  2. a, b et c Fiche de Fernando Olivella, bdfutbol.com
  3. a et b (es) « Ferran Olivella », sur fcbarcelona.es (consulté le 2 septembre 2014).
  4. a et b (ca) Fiche de Fernando Olivella, jugadorsfcbarcelona.cat
  5. a et b « 1964 - Équipe du tournoi », sur uefa.com,‎ 1er mars 2011 (consulté le 2 septembre 2014).
  6. « 1964 : L'Espagne souveraine chez elle », sur uefa.com,‎ 9 décembre 2013 (consulté le 2 septembre 2014).