Dzeliwe du Swaziland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dzeliwe
Titre
Régente du Swaziland
21 août 19829 août 1983
Premier ministre Prince Mabandla Dlamini
Prince Bhekimpi Dlamini
Prédécesseur Sobhuza II
Successeur Ntombi (régente)
Biographie
Nom de naissance Inkhosikati LaShongwe Dzeliwe Shongwe
Date de naissance 1927
Lieu de naissance Mbabane (Swaziland)
Date de décès 2003
Lieu de décès Mbabane (Swaziland)
Conjoint Sobhuza II
Enfant(s) Prince Khuzulwandie Dlamini

Dzeliwe du Swaziland
Monarques du Swaziland

Dzeliwe, née en 1927 et morte en 2003, est l'une des femmes du roi Sobhuza II du Swaziland, régente entre le 21 août 1982 et le 9 août 1983.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dzeliwe est la principale épouse du roi Sobhuza II, avec qui elle a un enfant, le prince Khuzulwandie Dlamini.

Après la mort de son mari en août 1982, le Liqoqo (Conseil royal) nomme Dzeliwe comme reine régente, en attendant que le prince Makhosetive, désigné par le Conseil royal comme successeur, ait atteint l'âge de vingt-deux ans. Le Liqoqo apporte son soutien à sa régence, mais bientôt des désaccords surviennent avec le Premier ministre, le prince Mabandla Dlamini, et les autres membres du Congrès mené par Mfansibili Dlamini. Ces problèmes continuèrent jusqu'en mars 1983, quand le prince Mabandla est remplacé par prince Bhekimpi Dlamini. La reine Dzeliwe est poussée à renoncer à la régence au profit de Ntombi Tfwala, la mère du prince héritier Makhosetive.

Entre 1981 et 1985, elle occupe le poste de coprésidente du Congrès national.

Le prince Makhosetive est couronné le 25 avril 1986, sous le nom du roi Mswati III. En mai, Mswati dissout le Liqoqo, consolidant son pouvoir et réorganisant le gouvernement.

En mai 1987, douze personnes sont accusées de sédition et de trahison en relation avec le départ de la reine régente Dzeliwe en 1983. Le roi Mswati crée un tribunal spécial pour juger ces crimes contre le roi et la reine mère, où les accusés n'ont pas le droit à une représentation. En mars 1988, ils sont jugés par un tribunal, mais ils sont libérés en juillet.