Crusoe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crusoé.

Le Crusoe serait le premier processeur universel. Une sorte de clone intelligent, capable de fonctionner à la demande comme un processeur Intel ou autre, sous n'importe quel système d'exploitation. Il a été créé par Transmeta.

Schématiquement, le processeur se compose d'une partie purement matérielle et d'une partie logicielle programmable selon le type de système devant l'accueillir et la compatibilité recherchée.

Un moteur de code morphing[modifier | modifier le code]

Côté calcul, Crusoe est un processeur à 128 bits, capable de traiter des instructions, dénommées VLIW, qui lui sont propres. Mais le cœur du processeur est en fait sa partie logicielle, le moteur de code morphing, qui assurera l'interface entre la machine, son système d'exploitation et le processeur proprement dit.

Exemple : dans un Crusoe clonant un Pentium, le moteur de code morphing traduira les instructions x86 envoyées par les logiciels, pour les transformer en instructions VLIW que le processeur pourra traiter. L'intelligence du moteur de code morphing lui permet d'analyser les logiciels qu'il exécute, pour ne pas avoir à retraduire les parties de code les plus utilisées, gagnant ainsi en vitesse. Il a d'abord été adapté aux plateformes Intel[réf. nécessaire].

Optimisation selon le système de destination[modifier | modifier le code]

Idem côté logiciel, le processeur pouvant potentiellement faire fonctionner tout système d'exploitation, que ce soit Linux, Windows, Palm OS ou un autre[réf. nécessaire], sa partie la plus logicielle pourra être optimisée pour son système de destination. Le kit de développement livré aux constructeurs candidats inclut une distribution réduite de Linux tenant dans 32 Mo et recelant tout ce qu'il faut pour se connecter Internet[réf. nécessaire]. La distribution retenue est basée sur Debian, Linus Torvalds ayant dû, pour la première fois, trancher entre différentes distributions de son Linux[réf. nécessaire].

L'accès mobile à Internet[modifier | modifier le code]

Le cœur de cible déclaré de Crusoe est le marché émergent, mais prometteur, de l'accès mobile à l'Internet, que ce soit à travers un téléphone mobile amélioré, un ordinateur de poche du genre du Palm, une tablette sans fil ou un ordinateur portable. Comme le dit David Ditzel, PDG de Transmeta : « si ça comprend une pile et un navigateur web, ça tournera avec un Crusoe »[réf. nécessaire]. Ici, l'avantage de Crusoe est sa faible consommation électrique (environ 1 watt, contre 10 watts pour les processeurs Intel pour portables[réf. nécessaire]) et donc sa faible dissipation thermique : avantage de taille pour des matériels portables. Là encore, c'est le moteur de code-morphing qui entre en jeu, adaptant la vitesse du processeur et donc sa consommation à la charge du système.

Spécifications et coût[modifier | modifier le code]

Il existe deux modèles du processeur. Pour les applications légères et/ou de poche, le TM3120, qui sera cadencé à 333 et 400 MHz entre 65 à 89 dollars. Le TM5400 affiche pour sa part jusqu'à 700 MHz au compteur, pour faire tourner des ordinateurs portables plus gourmands au prix de 119 à 329 dollars. À titre de comparaison, un processeur mobile Celeron à 333 MHz d'Intel coûtait, en septembre 1999, 106 dollars (693 F) l'unité, par lot de 1000[réf. nécessaire].

Côté technique, les processeurs sont gravés à 0,22 ou 0,18 micromètre, avec une mémoire cache de premier niveau variant entre 96 et 128 Ko, le Crusoe 5400 embarquant en outre 128 Ko de cache de second niveau. Pas de mémoire Rambus, les mémoires SDR et DDR étant moins coûteuses et plus disponibles.

Transmeta s'est arrêté à la conception du Crusoe, sa production sera assurée par IBM. En effet, IBM a accès, par des accords de licences croisées, à une bonne partie des technologies contenues dans les processeurs d'Intel.

Réaction des constructeurs de PC[modifier | modifier le code]

Diamond Multimedia, spécialiste des processeurs graphiques, mais aussi promoteur du baladeur numérique Rio, a ainsi annoncé avoir signé avec Transmeta avec pour projet l'intégration du Crusoe dans des tablettes tactiles sans fil, sans pour autant confirmer si les prototypes montrés lors de la conférence de lancement étaient bien les siens[réf. nécessaire]. Un représentant de Compaq a néanmoins confirmé son intérêt pour le processeur[réf. nécessaire] et le constructeur promet que les noms de ses autres partenaires ne devraient plus rester secret bien longtemps[réf. nécessaire].

Quid de la vélocité réelle des Crusoe ?[modifier | modifier le code]

Plutôt que d'afficher des résultats de benchmarks standards, Transmeta n'a publié que des chiffres pas forcément très parlants, pondérant performances et consommation d'énergie, tout en proposant dans un long document un nouveau standard de test des plateformes mobiles[réf. nécessaire]. Pas facile alors de séduire une industrie littéralement accro aux tests de vitesse.

Selon Joséphine Mong, analyste chez IDC, « Transmeta a peut-être de très bonnes raisons d'utiliser ses propres benchmarks, mais il leur sera difficile de convaincre quiconque dans l'industrie que leurs prétentions tiennent la route s'ils ne les appuient pas avec des benchmarks standards »[réf. nécessaire]. Pour l'analyste, « La technologie de Crusoe est formidable mais ne représente pas une menace immédiate pour Intel »[réf. nécessaire].

La concurrence de Intel[modifier | modifier le code]

Ainsi, si ce dernier pourra intégrer les extensions MMX, il ne devrait pas, pour le moment, supporter les nouvelles instructions Single Instruction Multiple Data (SIMD), destinées aux applications multimédias, introduites avec le Pentium III. Les logiciels exploitant les fonctions SIMD du Pentium III sont rares (à peu près aussi nombreux que ceux qui, en leur temps, exploitaient la révolution MMX)[réf. nécessaire].

Cinq ans de travail silencieux[modifier | modifier le code]

Le lancement du Crusoe 5400 est l'aboutissement de presque cinq ans d'efforts, conduits dans le plus grand secret - si l'on met de côté les fuites multiples des derniers mois de 1999. Selon son PDG, « Si Linus [ndlr : Torvalds] n'avait pas été impliqué dans le projet, nous aurions pu garder le secret jusqu'au bout »[réf. nécessaire]. Pour les 200 employés, la fin du secret ressemble à un soulagement : Comme l'expliquait un ingénieur présent au lancement, « J'ai dû faire signer des accords de confidentialité à mon épouse et à mon frère pour pouvoir leur dire de temps en temps ce que je faisais de mes journées au bureau »[réf. nécessaire]. Après avoir englouti plus de cent millions de dollars dans le projet Crusoe[réf. nécessaire].

Différents modèles[modifier | modifier le code]

Modèles TM5400

  • Technologie 0.18 micromètres (µm)
  • 500-700 MHz - 64 Kio L1 instruction cache, 64 Kio L1 datacache, 256 Kio write byte cache,
  • C-DVD=1.27 W C-MP3=0.53 W
  • Nota : C-DVD : consommation énergie cœur du processeur quand lecture DVD, etc.

Modèles TM5500

  • Technologie 0.13 micromètres (µm)
  • 667 à 800 MHz - 64 Kio L1 instruction cache, 64 Kio L1 datacache, 256 Kio write byte cache,
  • C-DVD=1.05W C-MP3=0.42 W

Modèles TM5600

  • Technologie 0.18 µ–surface 88 mm²
  • 500 à 700 MHz, 64 Kio L1 instruction cache, 64 Kio L1 datacache, 512 Kio write byte cache,
  • C-DVD(core)=1.27W C-MP3(core)=0.53W

Modèle TM5800

  • Technologie 0.13 µ – surface 55 mm²
  • 667 à 800 MHz - 64 Kio L1 instruction cache, 64 Kio L1 datacache, 512 Kio write byte cache,
  • C-DVD=1.05 W C-MP3=0.42 W

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]