Cordiste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Échafaudage mis en place par des cordistes sur une cathédrale
Un cordiste sur une tour horloge
Technicien cordiste purge
Cordiste installation de colliers
Cordiste
Frédéric Gracia artiste-peintre cordiste au cours de la réalisation d'une fresque monumentale sur une cheminée à Bagnolet

Un cordiste ou travailleur acrobatique est un technicien qualifié qui se déplace à l'aide de cordes pour effectuer des travaux en hauteur et des travaux d'accès difficile sans utiliser d'échafaudage ni d'autre moyen d'élévation (type nacelle).

Description[modifier | modifier le code]

Ce "cordiste" mais également d'alpiniste du bâtiment" ou "cordiste-nacelliste". En France, ce métier est identifié par le Pole Emploi sous le code ROME I1501. les "Travaux Temporaires en Hauteur" avec "Systèmes d'Accès par Cordes" sont appliqués dans tous les domaines d'activité (Industrie, Bâtiment, Travaux Publics, Événementiel... etc.) sous certaines conditions juridiques ; à savoir :

  • Face à une impossibilité de mettre en œuvre des protections collective contre les chutes
  • Après "Évaluation des Risques" constatant que l'exposition au risque de chutes était moindre par les "Travaux Temporaires en Hauteur" avec "Systèmes d'Accès par Cordes" par rapport aux moyens conventionnels.
À ce jour, cette activité professionnelle est identifiée par un code NAF rév. 2, 2008 - Sous-classe 43.99D Autres travaux spécialisés de construction qui stipule:"'travaux spécialisés qui, pour des raisons d'accès, nécessitent des aptitudes à l'escalade et l'utilisation d'un matériel particulier, c'est-à-dire travail en hauteur sur des structures élevées''''

Le "Savoir-Faire" des travailleurs de la phase de réalisation des "Travaux Temporaires en Hauteur" avec Systèmes d'Accès par Cordes" est différent selon le niveau de certification occurrents :

  • Progression par un Système d'Accès par Cordes
  • Confection d'un Système d'Accès par Cordes
  • Réalisation d'une tâche, d'un travail en appui sur un Système d'Accès par Cordes (développement de la notion d'ergonomie au poste de travail)

Les savoir-faire[modifier | modifier le code]

  • Nettoyage de vitres, restauration de vitraux
  • Installations de systèmes d'évacuation des fumées (fumisterie)
  • Purges de façades et maçonnerie, peinture
  • Zinguerie
  • Pose de systèmes anti-volatiles (pics anti-pigeons)
  • Nettoyage (silo, charpente...)
  • Contrôle, expertise
  • Mécanique, chaudronnerie
  • Pose de bâches publicitaire
  • Rigging accroche de systèmes de son et de lumière, spécifique au milieu du spectacle et de l’événementiel
  • Forage d'ancrages en falaise
  • Pose de filets anti-pierres et de maintien
  • Débroussaillage, coupe d'arbres en falaises
  • Réparation et entretien des ponts
  • Installation de systèmes de protections collectives,(échafaudages, lignes de vie)

Les origines[modifier | modifier le code]

À l'origine des plombiers travaillaient inconfortablement à la corde à nœuds. Certains maçons aussi sur des murs. Des alpinistes et guides de montagne déneigent des toits depuis longtemps surtout en Savoie. Mais le travaux acrobatiques ont commencé dans les années 80. Une ou deux entreprises employaient des guides de montagne pour purger et mettre en sécurité des parois rocheuses . Mais La première entreprise spécialisée en bâtiment a été inventée et mise au point à Monaco par Steve Poliakovic, alpiniste et spécialiste en bâtiment et travaux publics, en 1985. Du reste le mot "travaux acrobatiques" a été employé ici pour la première fois. Vue la hauteur de grands immeubles et la spécialisation de l'entreprise EMTA, elle a connu de suite un grand succès. Cette entreprise existe toujours et elle est dirigée par la même personne et opère sur les immeubles, les Parois rocheuses, les églises et monuments de la Principauté. Depuis de nombreuses entreprises du même genre se sont créées, d'autres ont rapidement fermé. Mais le mot travaux-acrobatiques est resté.

Les techniques de progression, les nœuds ainsi qu'une grande partie du matériel sont empruntés à la spéléologie et à l'alpinisme. Extrait de texte tiré de Travaux acrobatiques, calcul des forces de choc sur les cordes d'assurage de l'INRS (les notes scientifiques et techniques de l'INRS), décembre 1995 :

On regroupe sous le vocable de « travaux acrobatiques », les interventions sur « les immeubles par nature et par destination » qui mettent en œuvre les techniques d'assurage et de progression utilisées en alpinisme et en spéléologie dans le cas où l'installation d'un échafaudage serait trop coûteux ou impossible et ou l'utilisation d'une nacelle serait inapplicable. Au cours des 15 dernières années, le nombre d'entreprises spécialisées dans ces travaux s'est considérablement accru. Cet essor est dû à l'existence d'un besoin, celui notamment d'effectuer des travaux de purge, de consolidation ou d'équipement de falaises dans le milieu des travaux publics et d'une offre croissante, des professionnels de l'alpinisme et de la spéléologie pour effectuer ces travaux...

Cadre Juridique[modifier | modifier le code]

Ce métier était légiféré par le texte de janvier 1965 qui était mal adapté. Cependant, suite à une directive européenne datant de 2001 et de par son application un décret est né en septembre 2004: le décret 2004-924. Ce dernier abroge en partie le texte de 1965 et donne un cadre bien défini et cohérent pour l'exécution des travaux sur corde.

Organisation de la Profession[modifier | modifier le code]

Formation et diplômes[modifier | modifier le code]

Il existe en France un certain nombre de centres de formation qui dispensent les techniques d'accès sur cordes et le secours sur cordes. Ces stages ont des durées allant de 4 semaines à plus de 6 mois. À l'issue du stage les élèves reçoivent une attestation de capacité de cordiste et peuvent par la suite passer des diplômes ou des certifications attestant de la réussite de ces formations :

  • CATC: Certification professionnelle Agent Technique Cordiste, qui est une certification reconnue par la Commission Nationale des Certificataions Professionnelles (CNCP) et enregistrée au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP)de niveau V.

Le candidat au CATC doit constituer et rédiger un dossier qui rapporte son activité sur des chantiers et se présente ensuite à l'examen

  • CQP: Certificat de Qualification Professionnelle de technicien cordiste qui est un titre créé et délivré par les professionnels du bâtiment et des travaux publics

Ce certificat est sur 3 niveaux : CQP1 (technicien qualifié), CQP2 (chef d'équipe), CQP3 (encadrement des chantiers)

Voir aussi[modifier | modifier le code]