Chase Manhattan Bank

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Chase Manhattan Bank était une banque d'investissement basée à Chicago aux États-Unis. Elle a fusionné avec la J.P. Morgan & Co. en janvier 2001 pour former une holding financière, JPMorgan Chase. Parmi ses anciens présidents, on peut citer David Rockefeller.

Historique[modifier | modifier le code]

Depuis sa fondation le 1er September 1799 par Aaron Burr (1756 - 1836), fils d'un pasteur presbytérien, futur troisième président des États-Unis, dans une maison située au n° 40 de Wall Street à New York, jusqu'en 1877, la banque s'est appelée la Bank of the Manhattan Company (New York);

De 1877 à 1954, elle a pris le nom de Chase National Bank, banque créée en 1877 par John Thompson (1802 - 1891)[1], alors secrétaire d'État au Trésor, et Salmon P. Chase (1808 -1873);

Et depuis 1955 jusqu'en 1976, elle s'est nommée la Chase Manhattan Bank[2].

Elle fut plusieurs fois la cible d'attentats contre ses locaux, notamment le 11 novembre 1969 (organisé par le militant Sam Melville) ou, à la même époque, par le Weather Underground.

Collaboration avec le IIIe Reich[modifier | modifier le code]

En 2004, le FBI déclassifie des informations selon lesquelles la Chase Manhattan Bank a passé en 1936 une convention avec le IIIe Reich pour contourner le boycott monétaire de l'Allemagne en achetant et en changeant en dollars contre une forte commission des Reichsmark, les Rückwanderer (Marks restitués) qu'on croit être le produit de confiscation aux Juifs d'Allemagne.

Entre 1936 et 1941, le gouvernement allemand dispose ainsi de devises pour un montant de 20 millions de dollars qui a servit à acheter du matériel et du pétrole à d'autres entreprises américaines. Les commissions se sont élevées à 1,2 million de dollars dont 500 000 ont été conservées par la banque.

En 1999, Lionel Jospin, Premier ministre et Claire Andrieu, professeur à la Sorbonne, déclarent que, pendant l'occupation allemande de la France, les banques françaises recevaient la visite des autorités allemandes pour connaître le montant des avoirs juifs, mais pas les banques américaines. Ainsi, le dirigeant de la branche française de la Chase national Bank, Carlos Niedermann, protégé par l'ambassadeur américain de l'époque n'avait pas à rendre des comptes sur les avoirs juifs détenus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il avait déjà fondé en 1863 avec ses fils Samuel et Frédéric la First national bank of city of Ney-York.
  2. J.P. Morgan Chase & Co., International Directory of Company Histories, St. James Press, 2001, accédé le 2007-11-04