Cataracte du Nil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Cataractes du Nil

Les cataractes du Nil sont des rapides, plus que des chutes d'eau, dus à des encombrements rocheux dans le lit du fleuve. Au nombre de six, elles rendent difficile et dangereuse, en certains endroits, la navigation sur le fleuve, mais sans l’interrompre.

Depuis le Nord de Khartoum au Soudan actuel, la vallée du Nil sinue de cataracte en cataracte jusqu'à l'Égypte. Dès l’Antiquité, Hérodote évoque ces « Éthiopiens » qui vivent entre la première et la sixième cataracte du Nil[1].

La Nubie s'étend de la première cataracte jusqu'à la quatrième cataracte.

Le désert de Bayouda se trouve dans la boucle formée par le Nil entre la quatrième et la sixième cataracte.

Première cataracte[modifier | modifier le code]

La première cataracte, vue de l'ancien barrage d'Assouan

Dans l'antiquité, la première cataracte du Nil était la frontière sud de l'Égypte. Elle se trouve immédiatement en amont d'Assouan au niveau de l'île de Begah. Régulée par le barrage d'Assouan, elle se présente désormais sous forme d'un chapelet d'île barrant le fleuve. Les canaux formés constituent une réserve naturelle qui peut être parcourue en bateau.

Deuxième cataracte[modifier | modifier le code]

Sésostris Ier pacifie la Basse-Nubie à la suite de son père et fait construire un ensemble de forteresses, complétées par ses successeurs jusqu’à Sésostris III. Au cœur de la cataracte, ce dernier fait construire deux énormes citadelles : à Semna sur la rive ouest et Koumma à l’est.

Troisième cataracte[modifier | modifier le code]

Parmi les rochers en granit, s'y dresse une statue du pharaon noir Taharqa.

Quatrième cataracte[modifier | modifier le code]

La quatrième cataracte du Nil se caractérise par ses rapides et ses énormes formations rocheuses[2].

Cinquième cataracte[modifier | modifier le code]

La cinquième cataracte du Nil au Soudan

Elle est située le plus à l'Est.

Sixième cataracte[modifier | modifier le code]

À cinquante kilomètres au nord de la capitale soudanaise, le désert est rempli de formations granitiques, derniers contreforts de la sixième cataracte.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Hérodote, Livre III, ch. 25
  2. C. Berger

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine Berger, La région de la Quatrième Cataracte du Nil, Nubie, les cultures Antiques du Soudan, Lille,‎ 1994.