Bien durable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir durabilité (homonymie).

Un bien durable est un bien qui ne s'use pas rapidement ou, plus spécifiquement, dont l'utilité se maintient dans le temps au lieu d'être complètement consommé en une utilisation. Un objet comme la brique pourrait être considéré comme parfaitement durable, car en pratique on suppose qu'elle ne s'use pas. Les biens hautement durables comme les réfrigérateurs, les voitures ou les téléphones mobiles continuent à être utiles pendant un usage de trois ans ou plus, c'est pourquoi les biens durables sont habituellement caractérisés par de longues périodes entre des achats successifs[1].

Les biens de consommation durables incluent les voitures, l'équipement de la maison (ameublement, électroménager), électronique grand public...), l'équipement sportif et les jouets.

Les bien non durables (consommables) sont l'opposé des biens durables. Il peuvent être définis comme des biens qui sont immédiatement consommés en une utilisation ou qui ont une durée de vie de moins de 3 ans[1].

Les exemples de biens non durables incluent les biens de grande consommation tels que les cosmétiques, les produits de nettoyage, la nourriture, le carburant, les boissons alcoolisées, les cigarettes, les médicaments et les fournitures de bureau.

Développement durable[modifier | modifier le code]

Définir ce qu'est un bien durable est difficile, car la notion de développement durable est complexe et encore relativement nouvelle. Tous les domaines liés à l'économie n'ont pas encore pleinement intégré ces notions parfois floues.

Une définition de bon sens serait donc un bien dont la conception, la production, l'utilisation, et la fin de vie respectent les principes fondamentaux du développement durable. Les biens durables sont généralement des biens d’équipement du foyer, de la personne, mais également des biens telle qu’une voiture. Parmi les domaines qui n'ont pas encore intégré complètement les notions de développement durable, on peut citer :

  • le droit, qui n'en est qu'au stade de la réflexion sur ce qu'est la responsabilité envers les générations futures[2], en raison de la difficulté à définir sur un plan juridique ce que sont les besoins des générations futures ;
  • la comptabilité nationale, qui connaît le, pour le calcul de la formation brute de capital fixe (l'investissement) la notion d'actifs fixes, utilisables pendant plus d'un an dans un processus de production, parfois confondus par erreur avec des biens durables.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) arthur Sullivan et Steven M. Sheffrin, Economics: Principles in action, Upper Saddle River, New Jersey 07458, Pearson Prentice Hall,‎ 2003, 302 p. (ISBN 0-13-063085-3, lire en ligne)
  2. Colloque quelle responsabilité envers les générations futures

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]