Baume du Canada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baume (homonymie).
Lame d'un spécimen holotype de monogène (Lethacotyle fijiensis) monté de manière permanente dans le Baume du Canada

Le baume du Canada, appelé aussi térébenthine du Canada ou gomme de sapin, est une térébenthine issue de la résine du sapin baumier. Le baume de Galahad est un autre nom du baume du Canada par allusion au baume cité dans la Bible venant du pays de Galaad.

La résine, dissoute dans des huiles essentielles, est visqueuse, collante et incolore (parfois jaunâtre) après évaporation des huiles essentielles.

Grâce à sa grande qualité de transparence et à son indice de réfraction (1,55) proche de celui du verre, ce baume était surtout utilisé en optique pour coller les lentilles d'objectifs et pour accoler des objets de verre dans certains prismes ou polariseurs. Il est soluble dans le xylène, amorphe lorsqu'il est séché et il ne cristallise pas avec l'âge.

Il a aussi été utilisé :

Aujourd'hui, il est principalement remplacé dans ces applications par les résines polyacryliques[1].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'après « The Bonding of Optical Elements – Techniques and Troubleshooting », Summers Optical (consulté le 10 nov 2012) : « Avant 1946, les lentilles et lamelles optiques étaient collées avec du baume de Canada purifié et filtré. Le baume était facile à appliquer et optiquement compatible, dans la plupart des cas, avec les milieux optiques adjacents, mais sa résilience thermique ou à l'agression des solvants laissait à désirer. La guerre et les progrès de l'industrie aéronautique ont particulièrement mis en évidence ces limitations, si bien qu'on a développé les résines synthetiques adhésives. »