Bataille de Malte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Malte
Informations générales
Date 8 juillet 1283
Lieu Grand Harbour (port de Malte)
Issue Victoire des Aragonais
Belligérants
Aragonnais de Pierre III d'Aragon Angevins de Charles Ier d'Anjou
Commandants
Roger de Lauria Barthélemy Bonvin
Guillaume Cornut
Forces en présence
18 galères 19 galères
Pertes
300 morts
aucun navire
3 500 morts
14 galères
Guerre des Vêpres siciliennes
Coordonnées 35° 53′ 42″ N 14° 31′ 14″ E / 35.895, 14.52055555555635° 53′ 42″ Nord 14° 31′ 14″ Est / 35.895, 14.520555555556  

Géolocalisation sur la carte : Malte

(Voir situation sur carte : Malte)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Malte.

La bataille navale de Malte est livrée le 8 juin ou 8 juillet 1283[1] pendant la guerre des Vêpres siciliennes. Elle oppose les flottes aragonaise et provenço-angevine composées de galères. Les Aragonais, commandés par Roger de Lauria, remportent une victoire décisive sur leurs adversaires, menés par les amiraux Barthélemy Bonvin et Guillaume Cornut. Ce dernier est tué lors des combats.

La bataille[modifier | modifier le code]

La flotte de Roger de Lauria est composée de 18 galères remplies de Siciliens très remontés contre les Français et de très féroces Almogavres catalans. Elle atteint le port de Malte de nuit, sans se faire remarquer de la flotte angevine échouée près du Castrum maris de Birgu. Au petit matin, Roger de Lauria déploie ses galères, toutes enchaînées, à l'entrée du port empéchant toute fuite possible des adversaires.

Les navires angevins sont rapidement mis à l'eau avec à leur bord une centaine de chevaliers en armure. Dans un premier temps, les Angevins font pleuvoir des projectiles sur leurs ennemis, provoquant quelques pertes. Mais dès les munitions épuisées, les Aragonais se ruent à l'assaut des galères angevines. Des projectiles contenant du savon rendent le sol glissant aux chevaliers en armures lourdes[2]. Les agiles Almogavres peuvent alors faire des ravages dans les rangs français. La plupart des galères angevines sont perdues et leurs équipages massacrés. Barthélemy Bonvin parvient à s'échapper mais Guillaume Cornut est tué pendant les combats[2].

Cette victoire assure la gloire de Roger de Lauria comme meilleur amiral de son temps et assure la victoire des Aragonais.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Charles Dalli Malta, The Medieval Millennium, Malte, Midsea Books ltd, coll. « Malta's Living Heritage », 2006 (ISBN 99932-7-103-9)
  2. a et b R.G. Grant, Batailles Navales, de l'antiquité à nos jours, Flammarion, 2009, (ISBN 9782081223769)

Voir aussi[modifier | modifier le code]