Il-Birgu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Il-Birgu - Città Vittoriosa
Birgu
Blason de Il-Birgu - Città Vittoriosa
Héraldique
Birgu et le fort Saint-Ange
Birgu et le fort Saint-Ange
Administration
Pays Drapeau de Malte Malte
Île Malte
Maire
Mandat
John Boxall (PT)
(2012-2015)
Code postal BRG
Démographie
Population 2 633 hab. (31 mars 2013[1])
Densité 5 266 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 53′ 17″ N 14° 31′ 21″ E / 35.8881, 14.522535° 53′ 17″ Nord 14° 31′ 21″ Est / 35.8881, 14.5225  
Superficie 50 ha = 0,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Malte

Voir sur la carte Malte administrative
City locator 14.svg
Il-Birgu - Città Vittoriosa
Liens
Site web http://birgu.gov.mt/

Il-Birgu – ou plus simplement Birgu – et distinguée du titre de Città Vittoriosa (Cité victorieuse) par les chevaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, après le Grand Siège de 1565 où elle joua un rôle vital, est une localité de Malte d'environ 2 600 habitants, située à l'est du Grand Harbour, face à la capitale La Valette sur l'île de Malte, lieu d'un conseil local (Kunsilli Lokali) compris dans la région (Reġjun) Nofsinhar. Cette localité forme, avec Bormla et Isla, l'une des trois cités des Cottonera Lines.

Origine[modifier | modifier le code]

Il n'existe aucune certitude sur l'existence d'une construction sur le site avant le XIIIe siècle. Seuls quelques rares indices pourraient cependant évoquer une présence : il existe une colonne centrale dans la Chapelle Saint Anne du fort Saint-Ange qui est de granit rose d'origine égyptienne, probablement amenée durant l'antiquité romaine[2]. Il est aussi fait mention dans un texte romain d'un temple dédié à Junon/Astarte dans le Grand Harbour (mais sans localisation précise)[2] ainsi que la mention dans un texte arabe d'une hisn (forteresse) démantelée lors de l'invasion arabe de 870 mais sans précision sur sa localisation[3].

Ce hisn pourrait être le Castrum maris (le château de la mer), ancêtre du fort Saint-Ange, et dont il existe un première mention certaine datant des années 1240. Un acte de notaire de 1274 fait un inventaire complet du château, 2 chapelles y sont inventoriées, les chapelles Sainte Anne et Saint Ange. En 1276, 50 soldats sont ajoutés à la garnison précédente de 100 soldats provençaux. Le château a aussi à sa disposition une petite galère (appelée sagittia) de 60 rameurs[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Birgu vient du Borgo qui veut dite bourg. C'était le bourg, le deuxième village en importance de l'île de Malte après L-Imdina la capitale de l'intérieur des terres. Borgo devait son importance au fait que s'était le port de l'île.

Paroisse[modifier | modifier le code]

La paroisse est certainement l'une des plus ancienne de l'île du temps du temps où le château servait de résidence seigneuriale et de centre du pouvoir, tant pendant la période angevine que la période aragonaise qui suit.

Église[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale est dédiée à Saint Laurent, en l'honneur duquel une célébration a lieu le 10 août de chaque année.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville fut installée sur le Grand Port de Malte, autour du Fort Saint-Ange, et devint la principale base maritime de l'île. Lorsque les Chevaliers hospitaliers arrivèrent en 1530, ils firent de Birgu la capitale de Malte : l'ancienne capitale, Mdina, se trouvait en effet à l'intérieur des terres et ne convenait pas aux exigences de la guerre navale.

Après le siège de Malte de 1565, le Grand-Maître Jean Parisot de La Valette estima que la presqu'île de Xiberras, faisant face à Birgu, était moins exposé aux attaques. Il fut donc décidé d'y édifier une nouvelle capitale, baptisée La Valette. C'est également après ce siège que les Chevaliers surnommèrent Birgu, la Città Vittoriosa, ou « Cité Victorieuse ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Patrimoine et culture[modifier | modifier le code]

Personnes notables[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et Références[modifier | modifier le code]

  1. Gazzetta tal-Gvern ta' Malta du 31 mai 2013
  2. a et b Site de la commune de Birgu
  3. a et b Dalli, Charles Malta, The Medieval Millennium, Malte, Midsea Books ltd, coll. « Malta's Living Heritage », 2006 (ISBN 99932-7-103-9)

Sources[modifier | modifier le code]

  • (mt) Alfie Guillaumier, Bliet u Rħula Maltin (Villes et villages maltais), Klabb Kotba Maltin, Malte, 2005.
  • (en) Charles Dalli, Malta, The Medieval Millennium, Malte, Midsea Books ltd, coll. « Malta's Living Heritage », 2006 (ISBN 99932-7-103-9)
  • (en) Juliet Rix, Malta and Gozo, Brad Travel Guide, Angleterre, 2013.
  • Alain Blondy, Malte, Guides Arthaud, coll. Grands voyages, Paris, 1997.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens extérieurs[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :