Base aérienne de Soto Cano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

14° 22′ 57″ N 87° 37′ 05″ O / 14.38239, -87.61794

La base aérienne de Soto Cano (en anglais : Soto Cano Air Base, anciennement Palmerola Air Base) est une base aérienne conjointe de l'United States Air Force (forces aériennes des États-Unis) et de la force aérienne hondurienne, située à Palmerola, près de la base militaire de Comayagua, à 80 km de la capitale du Honduras. La base aérienne est devenue opérationnelle en 1981.

Unités hondurienne[modifier | modifier le code]

l'Académia Militar de Aviacion est stationné sur la base aérienne de Soto Cano[1]. Elle a en charge la totalité des aéronefs d'entraînement, soit en autre quatre CASA C-101 Aviojet livrés, douze Embraer EMB 312 livrés et les hélicoptères Hughes TH-55 Osage

Présence américaine[modifier | modifier le code]

Les États-Unis, qui ont signé un accord de coopération militaire avec le Honduras en 1954, y ont 700 soldats en 2009[2]. La base abrite en particulier la Joint Task Force Bravo (en). Elle aurait hébergé 1 200 personnes dans les années 1980[3], au temps où le colonel Oliver North s'en servait comme base arrière pour soutenir les Contras (voir aussi opération Golden Pheasant). La base est aujourd'hui utilisée principalement dans le cadre de la « guerre contre la drogue » menée par Washington, ainsi que pour des opérations humanitaires.

Aviation civile[modifier | modifier le code]

Le président hondurien Manuel Zelaya, renversé par un coup d'Etat le 28 juin 2009, avait décidé d'ajouter un volet civil à l'aéroport. Grâce à des subventions provenant de l'Alternative bolivarienne pour les Amériques (ALBA), il avait engagé la construction d'un aéroport civil sur la base, sur lequel l'armée hondurienne travaillait[3].

Zelaya avait annoncé le 31 mai 2008 que les vols commerciaux commenceraient à Palmerola dans un délai de 60 jours, après un crash à l'aéroport international de Toncontín, dans la capitale de Tegucigalpa, qui a abouti à cinq décès. Celui-ci a été imputé à une longueur trop courte de la piste d'atterrissage [4]. Les causes de l'accident proviendraient toutefois, selon une autre enquête, davantage d'une erreur humaine que de la piste[3].

Source[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Soto Cano Air Base » (voir la liste des auteurs)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es)http://www.academiamilfah.com/
  2. (en) William Booth et Mary Beth Sheridan, Honduras Targets Protesters With Emergency Decree, Washington Post, 2 juillet 2009.
  3. a, b et c Thelma Mejia, HONDURAS: Soldier, Sailor, Airport Builder?, Australia TO, 2 juin 2009
  4. En sesenta días se habilitará Palmerola