Bagoas (favori d'Alexandre le Grand)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bagoas.

Bagoas (en grec ancien Βαγώας / Bagôas, en vieux persan Bagoi) est un favori d'Alexandre le Grand, eunuque perse de naissance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bagoas naît en Perse où il devient eunuque. Il est offert à Alexandre le Grand par Nabarzanès, un général du roi Darius de Perse, après la défaite de Darius à Gaugamèles, sa fuite puis son assassinat.

L'historien romain Quinte-Curce, dans son Histoire d'Alexandre le Grand, présente Bagoas comme un eunuque d'une beauté exceptionnelle et dans la fleur de l'âge, avec lequel Darius III avait des relations intimes et avec qui Alexandre a à son tour des relations intimes par la suite[1].

Dans la Vie d'Alexandre, l'une de ses Vies parallèles, l'historien grec Plutarque évoque un baiser entre Alexandre et Bagoas, qui est alors son éromène[2] :

« Lorsque Alexandre parvint au palais royal de Gédrosie, il entreprit de nouveau de réconforter son armée en organisant de grandes fêtes. Lui-même, dit-on, assista étant ivre à un concours de chœurs auquel participait son éromène, Bagoas : celui-ci remporta le prix et, sans quitter son costume, il traversa le théâtre pour venir s'asseoir auprès du roi. À cette vue les Macédoniens applaudirent et crièrent à Alexandre de l'embrasser, ce qu'il finit par faire, en le serrant dans ses bras[3]. »

Postérité[modifier | modifier le code]

L'écrivaine britannique Mary Renault fait de Bagoas le narrateur et le personnage principal de son roman historique The Persian Boy, paru en 1972. Le triangle amoureux entre Bagoas, Alexandre le Grand et Héphaestion occupe une place importante dans le roman. Bagoas apparaît également dans la suite de ce roman, Funeral Games, parue en 1981.

L'anecdote du baiser donné à Bagoas après le concours de dance est mise en scène dans le péplum d'Oliver Stone Alexandre, sorti en 2004. Bagoas y est joué par Francisco Bosch.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Quintce-Curce, Histoire d'Alexandre le Grand, VI, 5.
  2. Plutarque, Vie d'Alexandre, 67, 7-8.
  3. Plutarque, Vie d'Alexandre, 67, 7-8, dans Vies parallèles, traduction d'Anne-Marie Ozanam, 2001, p. 1284.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Plutarque, Vies parallèles, traduction d'Anne-Marie Ozanam, édition publiée sous la direction de François Hartog, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2001.