Auxiliaire vétérinaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ASV.
Auxiliaire vétérinaire
Appellation Auxiliaire vétérinaire
Secteur d'activité Métier animalier, Paramédical
Niveau de formation variable
Professions voisines Auxiliaire de santé animalier
Code ROME (France) A1501

L’auxiliaire vétérinaire effectue diverses tâches au sein du cabinet, de la clinique ou du centre hospitalier vétérinaire, sous la responsabilité du vétérinaire. Son rôle mélange les compétences de secrétaire médicale et d'infirmier(e).

En France, les termes d'Auxiliaire Spécialisé Vétérinaire et d'Auxiliaire Vétérinaire Qualifié sont tous deux des termes reliant le même métier à un échelon différent et des responsabilités différentes.

Activités[modifier | modifier le code]

L'auxiliaire spécialisé(e) vétérinaire est le bras droit du vétérinaire. La profession est très féminisée.

L'ASV peut effectuer de nombreuses tâches, allant de l'entretien des locaux et du matériel à la gestion courante, en passant, bien sûr, par les soins aux animaux. Plus la structure est importante, plus son rôle se spécialise. La polyvalence et l'adaptabilité sont essentielles à ce métier :

  • L'ASV est chargé(e) d'accueillir les clients, au téléphone comme à l'accueil, de les renseigner, de gérer les rendez-vous, de délivrer les produits dans le respect de la règlementation. Elle (il) tient la caisse et peut amené(e) à assurer la comptabilité courante.
  • Elle (il) effectue également le contrôle des stocks de médicaments et des divers produits qu'elle(il) peut être chargé(e) de vendre (aliments, médicaments, colliers, laisses, etc.), et prépare et transmet les commandes.
  • Elle (il) assure aussi l'hygiène des surfaces et du matériel : nettoyer et désinfecter le matériel chirurgical et d'usage courant, veiller à la propreté des diverses salles y compris le chenil, ainsi qu'à la convivialité de la salle d'attente.
  • L'ASV participe au suivi des animaux hospitalisés (chiens, chats, lapins, rongeurs, reptiles, ...), depuis l'installation dans les cages d'hospitalisation jusqu'à l'administration des traitements. En fonction de l'orientation de l'activité de la clinique, elle(il) peut avoir à s'occuper de d'animaux d'espèces inhabituelles (lapins, rongeurs, furets, oiseaux, reptiles...), de vaches, moutons, chèvres (clientèle rurale), de chevaux (clientèle équine). Il existe des cliniques (rares) qui n'accueillent que des chats (clinique féline) ou des NAC (clinique "exotique"), et quelques Centres Hospitaliers Vétérinaires (structures de taille importante, avec un personnel nombreux, et fonctionnant 24h/24).
  • Elle (il) assure la contention des animaux pour aider le vétérinaire à réaliser les soins courants (injections, pansements, nettoyage et traitement des yeux, des oreilles) et les examens complémentaires (imagerie médicale, prises de sang, d'urine). Elle (il) assiste le vétérinaire pendant les opérations chirurgicales et les soins post-opératoires. Elle (il) peut effectuer des analyses simples de laboratoire, développer des radiographies. Elle(il) doit exercer sous la supervision d'un vétérinaire, et n'a pas le droit (en France) de réaliser d'actes de chirurgie ni de détartrages.
  • L'ASV doit être en bonne santé (pas d'allergie aux animaux ni aux produits chimiques) afin de supporter la station debout et les déplacements fréquents. Il est nécessaire d'avoir une certaine force physique pour manipuler des animaux qui dépassent fréquemment 30 kg, pas forcément coopératifs, ainsi qu'assumer le port de charges. Elle (il) ne doit pas avoir peur des animaux et aimer les soigner.

Formation[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Classification des emplois : La convention collective nationale des cabinets et cliniques vétérinaires[1] concerne tous les salariés des vétérinaires libéraux qui ne sont pas vétérinaires eux-mêmes. La convention collective divise les employés en plusieurs échelons de dénomination précise : seuls les trois derniers échelons concernent les auxiliaires vétérinaires.

  1. Personnel de nettoyage et d'entretien des locaux
  2. Personnel d'accueil et de secrétariat
  3. Auxiliaire Vétérinaire (assure des soins aux animaux, sans être titulaire d'une formation homologuée)
  4. Auxiliaire Vétérinaire Qualifié (AVQ)
  5. Auxiliaire Spécialisé Vétérinaire (ASV)

Les trois premiers échelons sont accessibles sans avoir suivi une formation particulière. Les échelons 4 et 5 peuvent être atteints après plusieurs années d'ancienneté, par la VAE, ou directement par la validation d'une formation homologuée.

Deux titres délivrés par le GIPSA existent (les seuls reconnus par la convention collective) : Auxiliaire Vétérinaire Qualifié (AVQ) et Auxiliaire Spécialisé Vétérinaire (ASV). Les formations sont accessibles aux candidat(e)s âgé(e)s de 18 à 25 ans, ou aux demandeurs d'emploi de 26 ans et plus. Ce sont des formations par alternance, financées l'OPCA-PL ou par la Région. Le statut du candidat en formation (en contrat d'apprentissage ou de professionnalisation) est celui de salarié.

La formation d'AVQ (échelon 4) s'effectue en contrat de professionnalisation et dure 1 an. Le candidat doit avoir un CAP obtenu ou un niveau de BEP (diplôme non obtenu). La formation d'ASV (échelon 5) s'effectue en contrat de professionnalisation ou en contrat d’apprentissage et dure 2 ans. La première année de formation (niveau AVQ) doit être validée pour pouvoir continuer la deuxième année ASV. le candidat doit avoir un BEP obtenu ou avoir effectué une seconde générale validée.

Des écoles privées proposent aussi des formations en santé animale, sur place, comme Les Établières (ISSA) ou l'ESAV - Institut Bonaparte. Seule la formation du GIPSA est homologuée et reconnue par la profession vétérinaire. Le nom donné à ces formations est variable et joue souvent de la proximité avec l'appellation homologuée (Aide-Soignant Spécialisé de la Santé Vétérinaire, Auxiliaire de Santé Animale...). Ces formations privées ne donneront cependant aucun droit particulier d'accès à un échelon de la convention collective, les auxiliaires débutantes, formées ou non, étant embauchées à l'échelon 3 (cf définition des échelons dans notre convention collective). De nombreuses formations par correspondance sont aussi proposées (IFSA, CNFDI...). L'accès aux contrats de professionnalisation ou d'apprentissage étant difficile (limites d'âges, nombre de places limité...), elles sont souvent utilisées pour acquérir des connaissances de base sur le métier d'auxiliaire vétérinaire et peuvent être mentionnées sur un CV.

En Suisse[modifier | modifier le code]

En Suisse l’auxiliaire vétérinaire est appelé Assistant en médecine vétérinaire. La formation est également un contrat d'apprentissage, comme en France, mais la durée est de 3 ans. Comme pour la France, elle est accessible aux candidat(e)s âgé(e) d'au minimum 18 ans. Il existe plusieurs écoles de formations (par exemple à Lausanne). Il s'agit d'effectuer un travail en entreprise alterné avec des cours dans le centre de formation. Contrairement à la France, il ne s'agit pas de faire 1 semaine en cours par mois et le reste en entreprise, on y passe un jour par semaine (ici le jeudi) et le reste chez le patron.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Convention collective nationale des cabinets et cliniques vétérinaires n°3282, signée le 5 juillet 1995 et publiée au Journal Officiel le 24 janvier 1996.

Articles connexes[modifier | modifier le code]