Arghun agha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Arghun agha ou Arghoun agha, Mongol d'origine Oïrate, est un administrateur civil de la Perse sous domination mongole entre 1243 et 1255, avant la période houlagide.

Biographie[modifier | modifier le code]

À la mort d’Ögödei, le gouverneur du Khorasan Körguz est livré par les commandants militaires à son adversaire Kara Hülegü qui le fait mettre à mort (1242). La régente Töregene charge alors Arghun agha d’administrer le Khorasan et l’Irak. Homme cultivé et rompu aux affaires de l’État, il déçoit les espérances des seigneurs mongols en continuant la politique de Körguz, protégeant la population iranienne contre les violences des Mongols et refoulant l’anarchie féodale. Il obtient la confiance des grands khans en envoyant régulièrement des tributs à Karakorum. En 1251, il se rend à la cour de Möngke, qui établit sur sa demande un système fiscal plus rigoureux et plus juste. Il abroge la franchise des seigneurs mongols, qu’ils s’étaient pour la plupart donnée eux-mêmes, et interdit la levée arbitraire de tributs. À l’instar de la Transoxiane, il introduit un tribut unique proportionnel au revenu du tributaire. Contrairement aux bénéfices irrégulier provenant des pillages, le nouveau tribut contribue au redressement et au développement lent mais réel de l’économie, et suffit à l’entretien de l’armée et des services de relais.

Arghun agha meurt à un âge avancé près de Tus en 1278. Il a pour fils l'émir Naûroûz, un moment vice-roi du Khorasan sous le ilkhan Ghazan.

Source[modifier | modifier le code]

  • Histoire de la Mongolie, des origines à nos jours, par László Lőrincz Publié par Akadémiai Kiadó, 1984 ISBN 9630533812, 9789630533812
  • René Grousset, L’empire des steppes, Attila, Gengis-Khan, Tamerlan, Paris, Payot,‎ 1938, quatrième édition, 1965, (version .pdf) 669 p. (présentation en ligne, lire en ligne)