Antoinette de Turenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Blason Raymond Roger, Vicomte de Turenne.svg Antoinette de Turenne Blason ville fr Chartrier-Ferrière (Corrèze).svg

Description de cette image, également commentée ci-après

Antoinette de Turenne et Boucicaut en prière

Naissance 1380
Avignon
Décès 1416 (à 36 ans)
Alès
Pays de résidence Comté d'Alès et Vicomté de Turenne
Activité principale Comtesse et vicomtesse
Ascendants
Conjoint
Jean II Le Meingre, maréchal Boucicaut
Descendants
Jean III Le Meingre
Famille

Antoinette de Turenne (1380-1416), vicomtesse de Turenne, est la fille de Raymond VIII de Turenne et de Marie d'Auvergne, comtesse de Boulogne. Elle était la petite-nièce de Grégoire XI, cousine de Alix des Baux, de Jeanne II d'Auvergne et l'épouse de Jean II Le Meingre, maréchal Boucicaut.

Biographie[modifier | modifier le code]

Antoinette passa son enfance à Meyrargues, chez sa grand-mère Aliénor de Comminges. Au début de l'année 1393, le pape Clément VII, la comtesse de Provence Marie de Blois, et son grand-père Guillaume III Roger de Beaufort, pensèrent à la marier. Ils choisissent Charles du Maine, prince de Tarente, fils cadet de la comtesse. Mais Raymond VIII refusa, n'étant pas homme à s'agenouiller devant son gendre. Charles VI et la Cour de France s'en mêlèrent et proposèrent Jean II Le Meingre, Maréchal Boucicaut[1].

Cette proposition ayant agréé à Raymond de Turenne, le mariage fut célébré, la veille de Noël 1393, dans la chapelle castrale des Baux-de-Provence. Antoinette avait treize ans et son mari, vingt-sept. Le Maréchal recevait en dot, le comté d’Alès, la baronnie d’Anduze, les fiefs de Portes-Bertrand et de Saint-Étienne-de-Valfrancesque. Quant à lui, il affirma être prêt à soutenir la querelle de son beau-père qui l'opposait à Odon de Villars et Alix des Baux, nièce du vicomte, et même à lui céder son château de Boulbon à la date du 1er avril 1394. Ce qu'il ne fit jamais[1].

Au contraire, Boucicaut, le 15 novembre 1394, fit agréer par la reine Marie la donation du comté de Beaufort, faite par Guillaume III. Puis le Maréchal fut chargé, en 1399, de rendre les Baux et Roquemartine au domaine comtal[1]. Pour ce faire, il réussit à faire embarquer les routiers du vicomte vers Constantinople[2].

Beaufort turenne.jpg

Ce mariage de raison fut une réussite. Boucicaut aima Antoinette. Sans doute la vie fort dévote que menaient le couple y fut pour beaucoup[2]. La Maréchale vécut au château d'Alès puis, quand Boucicaut fut nommé gouverneur de Gênes, en 1403, elle le suivit en Ligurie où elle résida neuf ans[1]. La légende veut que ce rude guerrier, confit de dévotion, mais très galant homme, ait versifié pour elle des lais et des sonnets considérés de nos jours comme apocryphes. Ce qui est sûr, c'est que de retour de Nicopolis, le maréchal créa l'ordre de la Dame blanche à l'écu vert en l'honneur de son épouse[2].

Leur seul enfant, Jean mourut jeune, peu avant 1413, il fut enterré à Saint-Nicolas-de-Pertuis[3].

En 1413, à la mort de son père, Antoinette devint vicomtesse de Turenne[4]. Le 12 mars, Boucicaut se trouve avec Antoinette au château de Castelnau-Bretenoux en vicomté de Turenne[5]. Le 4 avril 1413, Boucicaut s’intitule vicomte de Turenne. Le 3 juin, les consuls de Brive donne procuration à Pierre Régis, bachelier ès-droits, et à Pierre Raynal le Jeune, notaire « pour accorder les différents avec puissant seigneur Boucicaut, mareschal de France, et dame Antoinette, vicomtesse de Turenne »[6].

Boucicaut fut fait prisonnier à Azincourt, en octobre 1415. Antoinette décéda, le 14 juillet 1416, en son château d'Alès. Boucicaut mourut en Angleterre cinq ans plus tard. Le couple est inhumé dans la basilique Saint-Martin de Tours[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Antoinette de Turenne et Boucicaut
  2. a, b et c René François Rohrbacher, Auguste-Henri Dufour, Histoire universelle de l'Église Catholique, Volume 21, Gaume Frères,‎ 1858 (lire en ligne)
  3. Les Riches Heures du Maréchal Boucicaut
  4. Denis Lalande, Jean II le Meingre, dit Boucicaut : 1366-1421
  5. La vicomté de Turenne au XIVe siècle, in Bulletin de la Société scientifique, historique et archéologique de la Corrèze, Volumes 87 à 89, 1965, p. 127.
  6. Henri Delsol, Le consulat de Brive-la-Gaillarde : essai sur l'histoire politique et administrative de la ville avant 1789, Imprimerie catholique, 1936, p. 170.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Denais, Le Testament d'Antoinette de Turenne, Comtesse de Beaufort, femme du Maréchal Boucicaut, 1413, Revue historique de l'Ouest, 1889.
  • P. R. Vernet, Antoinette de Turenne, vicomtesse de 1412 à 1421 et Jean le Meingre-Boucicaut, vicomte usufruitier, Bulletin de la Société scientifique, historique et archéologique de la Corrèze T. 97 et 98, 1975-1976.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexxe[modifier | modifier le code]