Alex Ebert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ebert.

Alex Ebert

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Alex Ebert

Informations générales
Surnom Edward Sharpe
Nom de naissance Alexander Michael Tahquitz Ebert
Naissance 12 mai 1978
Los Angeles, Californie, États-Unis
Genre musical Alternative rock, indie rock, new wave, alternative country, indie folk, neo-psychedelia
Instruments Voix, guitare, piano
Années actives Depuis 1997 – à présent
Labels Virgin Records, Rough Trade Records, Vagrant Records, Community Music, Echo Park Records, Werewolf Heart

Alex Ebert est un auteur-compositeur-interprète américain. Il est le leader du groupe Ima Robot ainsi qu’Edward Sharpe and the Magnetic Zeros

Début[modifier | modifier le code]

Alex Ebert, né "Alexander Michael Tahquitz Ebert", à Los Angeles en 1978. Petit-fils de Carl Ebert (acteur, metteur en scène et directeur d'institutions culturelles), il est le fils de Michael Ebert, psychothérapeute et musicologue. Sa mère est actrice[1]. Son père avait l’habitude d’emmener la petite famille se promener en voiture à travers le désert. C’est lors de l’une de ces promenades que sa mère réalisa une vidéo où l’on voir sa sœur Gabi se faire bercer. Cette séquence a été utilisée pour le clip "Desert Song"[2]. Son père est celui qui l’initie à la musique en lui faisant écouter Patsy Cline, Willie Nelson, et Johnny Cash. Ebert cite également le R&B, les chansons des 60’s, Pavarotti, et Beethoven comme sources d’inspiration. À l’adolescence, il entretient une relation difficile avec son père et se tourne vers le Hip-hop. Il voulait à l’origine se lancer dans le Rap[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Ima Robot[modifier | modifier le code]

Après la séparation de son premier groupe, 'The Lucky 13's', il fonde Ima Robot en 1997. Le succès arrive plus tard en signant chez Virgin Records au début des années 2000. Ils réalisent leur premier album en 2003 sous le titre éponyme Ima Robot. Un deuxième album sort en 2007, Monument to the Masses sur lequel figurant les titres "Creeps Me Out" et "Lovers in Captivity". La vidéo qui accompagne ce morceau met en scène Brady Corbet. Cette même année, le contrat qui les liait à Virgin Records prend fin et le groupe continue de jouer sans label sous le management d'Alexis Rivera chez Echo Park Records. En 2010 sort un troisième album, Another Man's Treasure, et diffuse le titre "Ruthless" sur internet. Ima Robot joue à présent sous le label Werewolf Heart label[4]. Ebert a déclaré que la plupart des titres ont été enregistrés il a deux à quatre ans de ça et qu'il souhaitait toujours jouer à nouveau aux côtés de Tim Anderson et Filip Nikolic[5].

Edward Sharpe and the Magnetic Zeros[modifier | modifier le code]

Après des années d’excès, Alex Ebert décide de suivre une thérapie. Il se sépare de sa petite amie, quitte le domicile et décide de suivre une cure de désintoxication appelée "the twelve-steps program".[citation nécessaire] Il loue un appartement vide et se coupe du monde extérieur. C’est à cette époque qu’il crée son alter ego, Edward Sharpe. Il déclare à ce propos « Je ne pense pas qu’il faille trop investir dans ce personnage. D’une certaine manière, c’est juste un nom qui m’est venu à l’esprit. J’étais à une période durant laquelle j’avais perdue ma propre identité. Adopter un nouveau nom m’a permis de créer un pont et me retrouver."[6] Ebert développe le personnage d’Edward Sharpe comme d’une figure messianique envoyée sur terre pour sauver les Hommes… mais qui serait encore capable d’être distrait par la gent féminine et de tomber amoureux ».

À cette époque, il rencontre Jade Castrinos avec laquelle il entretient une relation. Ils composent d’abord ensemble et s’associent au collectif d’artistes The Masses. Malgré leur rupture, ils fondent ensemble le groupe Edward Sharpe and the Magnetic Zeros qui se compose de 10 membres. Certains des musiciens sont des amis de longue date d’Ebert. En 2009, ils sortent leur premier album , Up from Below. Leur deuxième album, Here, sort en 2012. Le magazine Rolling Stone le place à la 7e position dans son classement des meilleurs albums de l'année[7].

Carrière Solo[modifier | modifier le code]

En 2011, Alex Ebert réalise son premier album solo, Alexander. Il y joue tous les instruments. L’un des titres, Bad Bad Love, est utilisé pour le film Fright Night avec Colin Farrell et Anton Yelchin. En 2011, le titre "Truth" est utilisé dans l'épisode 1 de la 4e saison de la série Breaking Bad à la fin de l'épisode durant l'investigation de l'appartement de Gale. Ce même titre est également dans l'édition 2.4 de Nova Tunes et sur la bande originale du film Juliette, réalisé par Pierre Godeau et sorti en France le 17 juillet 2013. Le 12 janvier 2014, il est récompensé du Golden Globe de la meilleure musique de film pour son travail sur la bande originale de All Is Lost de J. C. Chandor.

Discographie[modifier | modifier le code]

Avec Ima Robot

Avec Edward Sharpe and the Magnetic Zeros

En solo

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Ima Robot Forums - Powered by XMB 1.9.11 », Imarobot.net (consulté le 2010-08-23)
  2. (en) « The Watch Newspapers - Dynamic Charismatic and Determined to Set the Soul Free », Telluridewatch.com,‎ 2009-11-24 (consulté le 2010-08-23)
  3. (en) « Ruthless - From the upcoming album Another Man's Treasure », Ima Robot (consulté le 2010-08-23)
  4. (en) kevin, « Video: Ima Robot, ‘Ruthless’ — », Buzzbands.la,‎ 2010-06-24 (consulté le 2010-08-23)
  5. (en) Scott McDonald, « Edward Sharpe, aka Alex Ebert, finds himself with The Magnetic Zeros », Sdnn.com,‎ 2009-11-06 (consulté le 2010-08-23)
  6. Edward Sharpe and the magnetic zeros here, Rolling Stone

Liens externes[modifier | modifier le code]