Abdallah Djaballah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Saad Abdallah Djaballah (arabe : سعد عبدالله جاب الله) (né le 2 mai 1956 à Skikda) est un homme politique algérien.

Abdallah Djaballah

Biographie[modifier | modifier le code]

Militant musulman dans les années 1970, il a longtemps subi les exactions du pouvoir (emprisonné presque deux ans, victime de 2 tentatives d'assassinat). Activiste influent, notamment dans les milieux universitaires de l'Est algérien, il est l'un des fondateurs de l'organisation Ennahda, mouvement qui prit le statut de parti politique (Mouvement de la renaissance islamique) en 1989 et duquel il a été évincé en 1998 par une faction dominante menée par Lahbib Adami. Ce qui le poussa à créer un autre parti, le Mouvement pour la réforme nationale Al Islah où il sera à nouveau évincé par Djahid Younsi le secrétaire général de la dite formation. Les deux partis ont vécu des défaites électorales sévères après le départ de Djaballah (trois sièges seulement pour Elislah en 2007, alors qu'il occupé 43 sous la présidence de Djaballah).

Djaballah adopte une vision proche des frères musulmans mais affirme l'indépendance de son mouvement.

Il s'est présenté aux élections présidentielles à deux reprises, en 1999 et en 2004. en 1999, il s'est retiré de la course avec d’autres candidats juste avant la tenue des élections. Lors des élections de 2004, il est arrivé troisième avec un score de 4,8 %.

Le 30 juillet 2011, Djaballah annonce dans un rassemblement populaire la création d'un nouveau parti politique nommé le Front de la justice et du développement (El-Adala). Le 10 février 2012, Le parti El-Adala a tenu son congrès constitutif a Alger avec la présence de plus de 10000 sympathisants.

Lien externe[modifier | modifier le code]