Abarka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Artisan en Cantabrie, fabriquant des abarkak, généralement en châtaignier aulne ou bouleau.
Fermiers basques au Guipuscoa.

L'abarka ou albarca est le soulier souple traditionnel du Pays basque et des Pyrénées. Elle est constituée d'un chausson réalisé en une seule pièce de cuir que l'on noue par des lacets en laine tressée montant sur les chaussettes. On appelle ainsi d'autres chaussures traditionnelles, toujours liés au monde rural, confectionnés avec d'autres matériaux comme le bois, ou plus récemment avec du caoutchouc de pneus usagés, de matières plastiques et autres matériels. Ils se caractérisent en tant que chaussures pratiques, adaptées au milieu, fabriquées par optimisation de ressources et pensés pour le travail quotidien.

Elles ont été supplantées par les espadrilles et par les sandales en caoutchouc pour les activités agricoles, mais restent utilisées pour la danse.

Le nom espagnol de l'espadrille, alpargata, est un dérivé mozarabe al-párğa pl. al-parğāt de abarka.

Types d'albarcas en Espagne[modifier | modifier le code]

Albarcas dans divers matériels : caoutchouc, pneu et cuir, pneu. En premier plan : albarcas/calzaderas Pedro Bernardo (Avila) l'Espagne.

Albarkak de cuir[modifier | modifier le code]

Albarcas fabriquées avec caoutchouc pneu et cuir de vache, utilisées il y a longtemps par les paysans de Pedro Bernardo (Avila, Espagne)

En Espagne il existe de nombreuses variantes de ce type de chaussures de cuir. On peut dire que l'albarka en cuir est une des plus anciennes formes de chaussures dans la péninsule, dans lesquelles nous trouvons l'abarka minorquine, l'albarka basque, l'albarka castillanne ou la plus primitive et grossière de toutes, la chaussure, très habituelle jusqu'à la généralisation du pneu avec la prolifération des véhicules modernes depuis le début du siècle XX.

La comprend minorquina. L'albarka (avarca en Minorquin) vient du monde rural de la Île de Minorque. Le terrain de Minorque est très pierreux, raison pour laquelle les travailleurs de la terre avaient besoin pour les pieds des chaussures résistantes et souple. Le matériel utilisé pour l'élaboration de celle-ci est le pneu de caoutchouc qui quand il n'était plus utile pour les véhicules, était utilisé pour l'élaboration des albarcas (abarkak au pluriel basque). À partir des années 60, ces chaussures utilisées par des gens des champs, ont été transformées des chaussures d'été, tant par les Minorquins, que par les touristes qui visitent l'île de Minorque. Ces chaussures ont été actuellement reléguées à des activités folkloriques puisque depuis le début du siècle elle a été remplacé par des albarcas de caoutchouc qui continue à être utilisées par le monde rural pour le travail dans les champs.

Chaussures typiques des montagnards d'Avila, dans Pedro Bernardo (Avila)

Les chaussures Elle est une des plus anciennes albarcas, primitives et grossières, telles que l'on connait actuellement. Elles ont été utilisées dans le Système Central, depuis la province de Cáceres à la Montagne Nord de Madrid. Avec une diffusion spéciale dans la Province d'Avila, cette chaussure consiste en une pièce rectangulaire de cuir de vache (longtemps brut), avec une série de trous disposés latéralement du pied qui étaient attachés en utilisant une languette de cuir, boyau brebis, du chanvre, de la toile ou encore d'écorce de "torvisquera, dépourvue de zancajo". Cette chaussure était attachée autour du pied en protégeant la plante et les cotés. Le pied était couvert avec une chaussette de laine, autour de laquelle on enroulait des bandes de chiffon de quelque 20 cm de large couvrant depuis les doigts jusqu'à la moitié de la cheville. Cette pièce de toile s'appelait patines ou peales, et était fixées au corps avec les cordes de la sandale, depuis la plante à la cheville. Elles se sont transformées en chaussures très populaires pour les paysans d'Avila. On en trouve encore aujourd'hui dans beaucoup d'anciennes maisons dans la vallée du Tiétar, vallée d'Iruelas et les zones de la Sierra d'Avila]] et de Sierra de Gredos. Dans la vallée d'Amblés les albarcas étaient réalisées d'une seule pièce et semblables aux sandales, d'un cuir bovin brut, avec les poils à l'extérieur, ou d'un cuir de bovin tané. On coupe une pièce presque rectangulaire de cuir, de taille légèrement plus grande que le pied, et on perce des trous sur les bords. La partie avant, qui est plus large, fixée avec des courroies, couvre les doigts et les protège. On maintient les albarcas avec du fil de laine croisé en diagonale autour du pied.

L'albarca basque. Réalisée en cuir brut, est une chaussure plus fermée qui couvre avec une seule pièce la plante, les doigts, les cotés et le talon du pied. Elle a la particularité d'être fermée par un fronce comme une bourse, avec une bande de cuir ou corde de tout matériel, qui est aussi entrelacé.


Voir aussi[modifier | modifier le code]