Yutok Yonten Gonpo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yutok Yonten Gonpo
Description de cette image, également commentée ci-après

Thangka représentant Yutok Yonten Gonpo, le fondateur de la médecine tibétaine.

Naissance
Toelung Kyina, (Tibet)
Décès (à 125 ans)
Nationalité Drapeau du Tibet Tibétaine
Champs Médecine tibétaine
Institutions École de médecine du Kongpo
Renommé pour Fondateur de la Médecine tibétaine

Yutok Yonten Gonpo tibétain : གཡུ་ཐོག་རྙིང་མ་ཡོན་ཏན་མགོན་པོ, Wylie : g.yu thog rnying ma yon tan mgon po, (à Toelung Kyina -833, dit l'ancien) fut un lama et un médecin important du Tibet qui a écrit les « Quatre tantras médicaux » (tibétain : rGyud-bZhi), ouvrage fondateur de la médecine tibétaine traditionnelle, intégrant différents éléments des médecines de Perse, d'Inde et de Chine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yutok Yonten Gonpo est né à Toelung Kyina de Yuthog Khyungpo Dorjee et Gyapa Choeky Dolma le 25 juin 708[1].

Il fonda la première école de médecine du Tibet dans le Kongpo[2].

Il a épousé Dorjé Tsomo, et fut le médecin des rois Me Agtsom et Trisong Detsen[3].

Yutok Yonten Gonpo reçut de Vairotsana les « Quatre Tantras Médicaux », ouvrage connu sous le nom tibétain de rGyud-bZhi et à la base de la médecine tibétaine[4], intégrant différents éléments des médecines d'Asie, en particulier celles de Perse, de l'Inde et de la Chine. Cet ouvrage comprend un total de 156 chapitres sous la forme de 80 peintures ou thangkas. Il fut modifié et complété par les générations suivantes.

Il est mort l'année du Rat, le 15e jour du mois du Singe (7e mois du calendrier tibétain correspondant à août ou septembre)[5], à l'âge supposé de 125 ans[6]. La famille Tsarong descend de lui[7].

Ses descendants furent également médecins. Au XIIe siècle, né en 1126 le 13e descendant de Yutok Yonten Gonpo, Yuthok Sarma Yonten Gonpo, Yuthok Yonten Gonpo, le jeune. Celui-ci fut considéré comme l'un des plus grands médecins depuis son ancêtre, il étudia longuement la médecine, notamment en Inde et au Népal, et il modifia et compléta le rGyud-bZhi.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rechung Rinpoché, Histoire de la médecine tibétaine. Vie de gYu-thog-pa l'Ancien, traduit de l'anglais par Jean-Paul R. Claudon, Sylvaine Jean et Martine Pageon-Tarin. 279 p. Édition "Le Chardon", Saint Dié (Vosges) 1989. (ISBN 2-906849-06-5)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Elder Yuthog Yonten Gonpo (708-833 A.D.) (according to gSo-rig Kuns ‘Dus)
  2. (en) Saṅs-rgyas-rgya-mtsho (Sde-srid), Gavin Kilty, Introduction du traducteur, in Mirror of Beryl: A Historical Introduction to Tibetan Medicine, Volume 28 de Library of Tibetan Classics], Éditeur Simon and Schuster, 2010, (ISBN 0861714679 et 9780861714674), p. 12
  3. (en) Janet Gyatso, Hanna Havnevik, Women in Tibet, p. 171
  4. Terry Clifford, Lokesh Chandra, La Médecine tibétaine bouddhique et sa psychiatrie : La Thérapie de diamant, Dervy, 1998, (ISBN 2850769290) p. 85
  5. Nida Chenagtsang, L'art du Bon Karma: Autre Joyau de la Médecine Tibétaine, p. 242
  6. Tenzing Dakpa, Unique aspect of Tibetan medicine Acupunct Electrother Res. 2014;39(1):27-43.
  7. (en) Namgyal Lhamo Taklha, Born in Lhasa, p. 16

Liens externes[modifier | modifier le code]