Namgyal Lhamo Taklha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Namgyal Lhamo Taklha
Namgyal Lhamo Taklha.jpg
Namgyal Lhamo Taklha
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (77 ans)
LhassaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Mère
Conjoint
Ne doit pas être confondu avec Namgyal Lhamo.

Namgyal Lhamo Taklha (tibétain : སྟག་ལྷ་རྣམ་རྒྱལ་ལྷ་མོ་, Wylie : stag lha rnam rgyal lha mo) aussi appelée Namgyal Lhamo Tsarong, née le à Lhassa est une femme politique et de lettres tibétaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Namgyal Lhamo née le 22e jour du 5e mois de l'année du cheval d'eau (5 juillet 1942)[1] est la fille de Dundul Namgyal Tsarong et Yangchen Dolkar Tsarong et la petite-fille de Tsarong Dzasa, commandant général du Tibet[2] et de Ragashar. Elle est la sœur de Norzin Shakabpa, Tsewang Jigme Tsarong, Drikung Chetsang Rinpoché et de Tseten Paljor Tsarong.

Elle a fait ses études primaires dans une école à Lhassa au Tibet. En 1951, elle suivit sa sœur pour étudier dans une école secondaire protestante britannique en Inde, la Mount Hermon School (en) à Darjeeling[3].

En 1954, elle revint à Lhassa, cédant aux pressions chinoises sur les Tibétains pour qu'ils rapatrient leurs enfants, et s'inscrit à l'école chinoise. Elle devint membre des Pionniers, une organisation pour les enfants de moins de 14 ans, reconnaissables à leur foulard rouge[4]. Après 14 ans, elle devint membre de l'Association de la jeunesse[5], l'Association amicale culturelle de la jeunesse patriotique du Tibet.

Ce fut au cours d'un des banquets donnés à l'occasion de l'installation de la commission préparatoire pour la région autonome du Tibet en avril 1956 qu'elle rencontra pour la première fois Lobsang Samten, qu'elle épousa par la suite[6].

En 1961, alors qu'elle venait d'obtenir le diplôme de Senior Cambridge (en) Certificate et suivait des cours de secrétariat en français, Jetsun Pema lui suggéra d'épouser Lobsang Samten, qui vint en Inde la rencontrer cette même année. Ils se rencontrèrent à nouveau en août 1962 et décidèrent de se marier rapidement[7].

Comme son époux, elle travailla au Bureau du Tibet à New Delhi de 1962 à 1965, où elle fut traductrice et interprète.

Leur fille Tenzin Chucki est née le 29 mai 1963 à Calcutta[8], et leur fils Tenzin Namdhak Taklha, 2 ans plus tard dans la même ville[9].

De 1966 à 1971, de même que Lobsang Samten, elle a travaillé au Bureau du Tibet à Genève en Suisse.

Elle a travaillé à l'exportation et au département des ventes au Tibet Arts et Métiers à New York à États-Unis de 1971 à 1974.

Elle a ensuite été aide-comptable assistante à la salle de conférence, New York jusqu'en 1978.

De 1980 à 1985, elle était traductrice et secrétaire de son époux, alors directeur de l'Institut de médecine et d'astrologie tibétaine (Men-Tse-Khang) et après son décès, elle fut nommée directrice du Men-Tse-Khang de 1986 à 1988.

Namgyal Lhamo a été membre du conseil consultatif de l'Association des femmes tibétaines en exil de 1985 à 1988.

Elle a été Secrétaire générale du ministère de la Santé de l'Administration centrale tibétaine entre le 15 novembre 1988 et le 14 juillet 1994.

Vers la fin de 2000, elle est devenue directrice de l'école de Ngoenga pour enfants handicapés tibétains.

Elle fut aussi directrice de la Bibliothèque Songtsen basée à Dehradun et directrice de couvent de Drikung.

Namgyal Lhamo est aussi un auteur d'une autobiographie publiée par Snow Lion Publications en 2001, d'un ouvrage sur les femmes du Tibet publié en 2005, et fut consultante du film Kundun[10].

Dans son autobiographie, elle raconte son enfance au Tibet avant l'occupation chinoise et sa vie en Inde, en Suisse et aux États-Unis.

Publications[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • (en) Women of Tibet, Dehradun, Inde, Songtsen Library, 2005
  • (en) Born in Lhasa, 2001, Snow Lion Publications, (ISBN 1-55939-102-2)

Articles[modifier | modifier le code]

  • 1996, Women in Tibetan Community: A Tibetan Woman from Aristocratic Background Offers her Perspective, Tibetan Review (January), 12-14.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Namgyal Lhamo Taklha, Born in Lhasa, p. 13
  2. Namgyal Lhamo Taklha TIBETAN WHO'S WHO
  3. Mary Craig, op. cit., p. 282
  4. Mary Craig, op. cit., p. 208-209
  5. Mary Craig, op. cit., p. 208.
  6. Mary Craig, op. cit., p. 209.
  7. Mary Craig, op. cit., p. 283-284
  8. https://books.google.fr/books?id=6-n6EgU_51EC&pg=PA106
  9. Mary Craig, op. cit., p. 285
  10. (en) Born in Lhasa, The Autobiography of Namgyal Lhamo Taklha, Wisdom Books

Liens externes[modifier | modifier le code]