Yusuf Khass Hajib

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Yusuf Khass Hajib
Description de cette image, également commentée ci-après
Yusuf Has Hajib sur un billet de 1000 soms.
Nom de naissance Yusuf
Alias
Yusuf Balasaghuni
Naissance
Balasagun (Qarakhanides)
Décès
Kashgar (Qarakhanides)
Auteur
Langue d’écriture Vieux turc
Genres

Œuvres principales

Yusuf Khass Hajib, également nommé Yusuf Balasaghuni, est un poète ouïghour du XIe siècle originaire de la ville de Balasaghun, ancienne capitale de l'empire des Qarakhanides, au Kirghizstan moderne.

Eléments biographiques[modifier | modifier le code]

L'œuvre principale de l'écrivain et homme d'état s’appelle le Kutadgu Bilig (La Science qui apporte le bonheur) ; elle a été écrite entre 1067 et 1070. Les connaissances que l’on a du poète proviennent principalement de ses propres écrits.

Balasagun était situé près de l'actuelle Tokmok, au Kirghizistan. Yusuf Khas Hajib avait environ 50 ans quand il termina d’écrire le Bilig Kutadgu. Après avoir présenté son œuvre au prince de Kashgar, il reçut le titre honorifique de khass Hajib, correspondant à celui de « chambellan privé » ou de « chancelier ». Certains chercheurs pensent que le prologue du Bilig Kutadgu n'a pas été écrit par le poète. En effet, celui-ci a une tournure beaucoup plus islamique et est écrit en prose à la différence du reste du texte.

Yusuf Khas Hajib est mort en 1077 à Kashgar ; il avait 58 ans. C’est dans cette ville qu’il a été inhumé et qu'un mausolée a été érigé à sa mémoire.

Mausolée[modifier | modifier le code]

Un mausolée du poète a été érigé en 1865 à Kashgar (Tainap). Il a été détruit en 1972 au moment de la Révolution culturelle et une école a été construite à sa place[1]. Après la mort de Mao Zedong, le mausolée a été reconstruit à son ancien emplacement et l'école a été transférée à un autre endroit. Lors de la restauration du mausolée, plusieurs sépultures non identifiées ont été découvertes sur le lieu. La tombe de Yusuf Balasaguni est décorée d'inscriptions en chinois, arabe et ouïghour.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) James A. Millward, Eurasian Crossroads: A History of Xinjiang, Hurst, , 54 p. (ISBN 9781849040679, lire en ligne)