Yi Wan-Yong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lee Wan-Yong
Lee Wan-yong Portrait.jpg

Hangeul 이완용
Hanja 李完用
Romanisation révisée I Wan-yong
McCune-Reischauer Yi Wanyong

Yi Wan-Yong ou Lee Wan-Yong (17 juillet 1858 – 12 février 1926) est le premier ministre coréen pro-japonais qui a signé le traité d'annexion de la Corée de 1910.

Né d'une riche famille de la province de Gyeonggi, Lee passa 3 ans aux États-Unis de 1887 à 1890, ce qui lui a permis d'avoir une expérience et un regard sur l'extérieur que ses contemporains n'avaient pas. Il participa à l'ouverture de la Corée au commerce extérieur et fut le plus direct partisan du pacte qui fit de l'Empire de Corée un protectorat de l'Empire japonais (traité d'Eulsa de 1905). Malgré la réticence de l'empereur de Corée, Kojong, ce traité est signé par cinq de ses ministres incluant Park Jae-soon, Lee Ji-yong, Lee Geun-taek, Gwon Joong-hyun et Yi Wan-Yong qui, plus tard, seront considérés en Corée comme les « cinq traitres d'Eulsa ».

Sous le Résident Général Hirobumi Itō, Lee fut promu au poste de premier ministre (1906-1910). En 1907, il participe à l'abdication forcée de l'empereur Kojong, qui voulait dénoncer le traité d'Eulsa lors de la Seconde conférence de La Haye. En 1910, Lee signe le traité d'annexion de la Corée à l'Empire du Japon, malgré les objections du jeune empereur Sunjong. Lee est anobli par la pairie japonaise Kazoku et obtint le titre de hakushaku, c'est-à-dire comte, en récompense de sa grande coopération avec les Japonais. En 1921, le titre de marquis kōshaku lui est accordé. Lee meurt en 1926.

Après la Seconde Guerre mondiale et l'indépendance de la Corée, sa tombe est profanée et ses restes démembrés, ce qui est considéré, d'après l'idéologie de Confucius, comme l'un des châtiments les plus déshonorants. De nos jours, le nom de Yi Wan-Yong est synonyme de « traitre » en Corée du Sud.

En 2005, une loi spéciale de remboursements par les collaborateurs pro-japonais fut décrétée obligeant les descendants de collaborateurs, dont ceux de Lee, à rendre leurs propriétés et leurs biens à la Corée du Sud.

Articles connexes[modifier | modifier le code]