Yamashina Akira

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Yamashina Akira
山階宮 晃親王
Description de cette image, également commentée ci-après
Yamashina Akira
Biographie
Dynastie Yamashina-no-miya
Naissance
Kyoto
Décès (à 75 ans)
Tokyo
Père Prince Fushimi Kuniie
Conjoint Princesse Sumiko

Le prince Yamashina Akira (山階宮 晃親王, Yamashina-no-miya Akira shinnō?), - , est le fondateur de la branche collatérale Yamashina-no-miya de la famille impériale japonaise.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Le prince Akira naît à Kyoto, fils ainé du prince Fushimi Kuniie (1802–1875), vingtième chef de la Fushimi-no-miya, plus ancienne des quatre branches de la dynastie impériale autorisée à présenter une successeur au trône du Chrysanthème si la maison impériale principale était dans l'impossibilité de la faire.

Il est ainsi le demi-frère des princes Kuni Asahiko, Kitashirakawa Yoshihisa, Fushimi Sadanaru et Kan'in Kotohito.

Prêtre bouddhiste[modifier | modifier le code]

Dès son jeune âge, le prince Akira est formé pour suivre une carrière de prêtre bouddhiste, le parcours professionnel traditionnel pour les garçons non-héritiers de la Shinnōke au cours de l'époque d'Edo. À l'âge de deux ans, il est officiellement adopté par l'empereur Kōkaku (1779–1817 mort en 1840) comme héritier potentiel.

Le prince Akira prend la tonsure et entre dans le sacerdoce sous le titre Saihan Hoshinnō. En tant que monzeki il est plus tard nommé prince-abbé du temple de Kajū-ji dans l'arrondissement de Yamashina-ku à l'extérieur de Kyoto. En 1842, il déplaît au bakufu Tokugawa qui le démet de son poste et le confine au Tō-ji. En 1864, le gouvernement Tokugawa le réintègre dans son ancien poste. Cependant, avec le mouvement grandissant visant à renverser le gouvernement Tokugawa dans les années menant à la restauration de Meiji, l'empereur Kōmei le rend à l'état laïc, l'adopte comme héritier potentiel et crée le titre Yamashina-no-miya comme nouvelle branche de la maison impériale en 1858.

Ère Meiji[modifier | modifier le code]

Après la restauration de Meiji, le prince Yamashina est au service du nouveau gouvernement de Meiji comme ministre des Affaires étrangères, aide à l'ouverture du port de Kobe au commerce avec l'étranger et rencontre des membres des familles royales et dignitaires étrangers. Il est l'un des rares princes impériaux à refuser une commission militaire et reste un civil toute sa vie.

Mariage et famille[modifier | modifier le code]

Yamashina Akira épouse la princesse Sumiko (1838–1881), une fille de l'empereur Ninkō et demi-sœur de l'empereur Kōmei. La princesse Sumiko devient chef de la maison Katsura-no-miya de plein droit à la mort du onzième chef, le prince Katsura Misahito.

Le couple n'a pas d'enfants. Un fils, le prince Kikumaro Yamashina (3 juillet 1873– 2 mai 1908) naît du prince et d'une concubine, Nakajo Chieko. Kikumaro est officiellement adopté afin de perpétuer la lignée Yamashina.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  1. Keene, Donald. Emperor of Japan: Meiji and His World, 1852-1912 (New York: Columbia University Press, 2002) (ISBN 0-231-12340-X)
  2. Lebra, Takie Sugiyama. Above the Clouds: Status Culture of the Modern Japanese Nobility (Berkeley: University of California Press, 1993) (ISBN 0-520-07602-8)
  3. Papinot Edmond. Historical and geographical dictionary of Japan (New York: F. Ungar Pub. Co., 1948)

Source de la traduction[modifier | modifier le code]