Jean-Jacques Augier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Augier.

Jean-Jacques Augier est un inspecteur des finances, militant politique et homme d'affaires français né le à Lyon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Augier est né à Lyon dans une famille de quatre enfants (deux filles et deux garçons), d'un père ingénieur, Jean Augier, et d'une mère puéricultrice, Céline Dumoulin.

Après des brillantes études au Lycée du Parc il est admis à l'École polytechnique (X1973), puis à l'École nationale d'administration (ENA) dont il sort cinquième de la promotion Voltaire[1], la même que François Hollande pour lequel il est devenu trésorier pour la campagne présidentielle de 2012[2].

De 1980 à 1984, il est inspecteur, puis inspecteur général des Finances.

De 1982 à 1988, il est maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris.

L'homme d'affaire

En 1984, il devient chargé de mission à la direction financière, auprès du président-directeur général de la Compagnie générale d'électricité (CGE), Georges Pébereau.

Il devient vice-président, puis président-directeur-général des Taxis G7 de 1987 à 2000[1]. Il est alors le bras droit d’André Rousselet, trésorier de la campagne du candidat socialiste et président de la République, François Mitterrand.

Il possède la holding financière Eurane SA dont il est en 2002 président-directeur-général, et à ce titre actionnaire de deux sociétés offshore dans les îles Caïmans[2].

L'éditeur

Gestionnaire du quotidien InfoMatin, journal gratuit, liquidé en 1996. Trois ans plus tard, il devient actionnaire du Monde des débats, fondé par Michel Wieviorka, qui disparaît rapidement.

De 1991 à 2001, il est président-directeur-général des éditions Balland, de 1993 à 2003, il est administrateur des éditions Paul.

Il est propriétaire du magazine Books.

Il est ouvertement homosexuel[3]. En , il rachète à Pierre Bergé pour un euro symbolique le magazine Têtu placé en juin 2015 en redressement judiciaire[4].

Accusation de fraude fiscale[modifier | modifier le code]

Le , Le Monde rapporte que son nom apparaît dans la liste Offshore Leaks publiée par l'ICIJ[5],[6]après les aveux de Jérôme Cahuzac (l'ancien ministre ayant reconnu avoir possédé un compte bancaire à l'étranger le , soit deux jours plus tôt), ce qui incite le président de la République à réagir publiquement en indiquant qu'il « ne connai[t] rien des investissements de Jean-Jacques Augier »[7].

Jean-Jacques Augier confirme ses participations dans des sociétés basées aux Iles Caïmans, mais déclare que celles-ci sont légales[8].

Engagements politiques[modifier | modifier le code]

Très engagé pour la cause homosexuelle et dans le Parti socialiste, il est d'abord proche de Jacques Delors et très déçu lorsque celui-ci renonce à présenter sa candidature aux élections présidentielles.

  • 2000-2002 : Secrétaire national du Parti radical de gauche (PRG).
  • 2001-2005 : Conseiller municipal de Paris, Ve arrondissement.
  • 2012 : Trésorier de campagne de François Hollande.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Anne Crignon, « Jean-Jacques Augier, le hollandais montant », Bibliobs,‎
  2. a et b Anne Michel et Raphaëlle Bacqué, « Le trésorier de campagne de François Hollande a investi aux Caïmans », Le Monde, 4 avril 2013
  3. « Sur Yagg Pro, Jean-Jacques Augier : « Être ouvertement homo, ça vous classe un peu à part » », sur yagg.com
  4. Le magazine gay « Têtu » pourrait disparaître, lesechos.fr, 15 juillet 2015
  5. "Offshore Leaks" : les détails du projet dans Le Monde
  6. liste partielle publiée sur le site de l'ICIJ
  7. Article sur Le Monde]
  8. Jean-Jacques Augier, un ami de trente ans du président de la République] sur le Monde

Bibliographie[modifier | modifier le code]