Xavier Fabre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Xavier Fabre
Image illustrative de l'article Xavier Fabre
Présentation
Naissance (67 ans)
Paris, France
Nationalité France
Formation école polytechnique de Zurich
Ses élèves Vincent Speller, Philippe Pumain
Œuvre
Agence Fabre/Speller
Réalisations Centre d’art, Vassivière
Théâtre des Salins, Martigues
Théâtre de la Cité internationale, Paris
Tour de la Gare, Clermont-Ferrand
Salle de concert du Théâtre Mariinsky, Saint-Pétérsbourg

Xavier Fabre, né en 1950 à Paris, est un architecte français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études d'architecture à l'école polytechnique de Zurich, où il rencontre son mentor Aldo Rossi, Xavier Fabre s'installe à Paris. Il enseigne l'architecture à Clermont-Ferrand, ainsi qu'à Paris Malaquais (site des Beaux Arts), à Paris. En 1986, il fonde l'agence Fabre/Speller avec l'architecte Vincent Speller. L'agence est notamment connue pour ses 26 réalisations et rénovations de théâtres, dont le célèbre opéra de Saint-Pétersbourg[1]. Xavier Fabre est père de trois enfants

Démarche[modifier | modifier le code]

L’agence d’architecture Fabre/Speller construit des édifices simples et quotidiens, en cherchant à garder toujours la même ligne architecturale, construire la ville et servir l'usage, soucieux de la qualité urbaine, architecturale et technique.

Réalisations notoires[modifier | modifier le code]

Photographies d'œuvres[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • "La réutilisation des bâtiments anciens", CNMHS, 1978
  • Serge Essaian, Fragments, 2006
  • Architecture paradoxale, Archives d'architecture moderne, 2009
  • Le théâtre sans fin, Actes Sud, 2013

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Historical Mariinsky Theatre Reconstruction: 2015-16 »
  2. (en) George Loomis, « Gergiev’s Opus: A New Concert Hall », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  3. « L'architecture - Théâtre national populaire »
  4. Michel Guerrin, « Grottes en stock », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]