Wauwil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Wauwil
Wauwil
Vue du village de Wauwil.
Blason de Wauwil
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Lucerne Lucerne
Arrondissement électoral Willisau
Communes limitrophes Egolzwil, Dagmersellen, Ettiswil, Schötz
Maire René Kaufmann-Steffen
NPA 6242
N° OFS 1146
Démographie
Population
permanente
2 177 hab. (31 décembre 2017)
Densité 740 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 11′ 00″ nord, 8° 01′ 00″ est
Altitude 539 m
Superficie 2,94 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation
Localisation de Wauwil
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton de Lucerne

Voir sur la carte administrative du Canton de Lucerne
City locator 14.svg
Wauwil

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Wauwil

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Wauwil
Liens
Site web www.wauwil.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Wauwil est une commune suisse du canton de Lucerne, située dans l'arrondissement électoral de Willisau.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville a hébergé dans ses faubourgs durant la Seconde Guerre mondiale le camp disciplinaire d'internement de Wauwilermoos où étaient internés tous les soldats étrangers capturés ayant tenté de sortir de Suisse. Ce camp est de sinistre mémoire à cause de conditions de détentions extrêmement dures et d'exactions qui amenèrent en 1946 la condamnation de son commandant pro-Nazi à trois ans et demi de réclusion, à la dégradation et à l'expulsion de l'armée[3].

Industrie[modifier | modifier le code]

Une verrerie, liée à la famille Siegwart qui a fortement influencé l'industrie verrière en Suisse, produisait, outre des bouteilles, des verres médicaux, des dames-jeannes, également des briques de verre système Falconnier. Cette verrerie est vendue aux enchères en 1902 et tout son matériel repris par la verrerie Siegwart fondée en 1903 à Horw, qui semble poursuivre la production des briques Falconnier, jusqu'à ce qu'elle aussi cesse ses activités en 1919[4].

Transport[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2017 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 30 septembre 2018).
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. Quand la Suisse maltraitait très durement certains soldats américains d'Olivier Grivat. Article paru dans le quotidien Le Temps du samedi 9 février 2013
  4. Aline Jeandrevin (dir.), Catherine Schmutz Nicod, Alexia Ryf et Vincent Lieber, Un rêve d’architecte. La brique de verre Falconnier, Nyon, Château de Nyon, , 208 p. (ISBN 978-3-03878-020-5), p. 76.

Liens externes[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :