Water makes money

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Water makes money

Réalisation Leslie Franke et Herdolor Lorenz
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Sortie 2010
Durée 90 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Water makes money est un film documentaire indépendant (financé à hauteur de 120 000 euros par des dons de municipalités ou de particuliers[1]) de Leslie Franke et Herdolor Lorenz, sur la thématique de la gestion de l'eau potable en France et en Europe.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'enquête menée par les auteurs amène à comprendre les enjeux de la gestion de l'eau (entreprises multinationales et communes), entre « partenariat public-privé » (proche de la privatisation) et ses dérives de corruption, et régie (service public) des collectivités qui résistent en se réappropriant ce bien commun (exemple : la Mairie de Paris).

Réaction de Veolia[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Veolia Environnement a poursuivi pour diffamation le documentaire[2]. Le 28 mars le tribunal de première instance a prononcé son jugement donnant raison à l'équipe du documentaire dans tous les cas mentionnant la corruption de membres de conseils communaux. Ces accusations, conclut le tribunal, sont suffisamment justifiées dans le film et par les dépositions des témoins qui ont paru devant le tribunal. Elles sont donc justes et ne peuvent pas être qualifiées de diffamatoires. Le tribunal conclut donc que Veolia est coupable de corruption d'agents publics. Il reste à voir s'il est donné suite à ce constat.

Seul un point de la plainte de Veolia est maintenu. Jean-Luc Touly dit dans le film que Veolia a intenté une série d'actions contre lui qu'il aurait cependant toutes gagnées, et que Veolia lui a offert un million d'euros s'il s'abstenait de publier son livre. Or Jean-Luc Touly a gagné toutes les plaintes[pas clair], sauf une, où il a été condamné à éliminer un court passage de son livre et à payer un euro symbolique à Veolia, et il n'a pas pu prouver l'offre d'un million d'euros faute de témoins. Sur ce point, le tribunal donne raison à Véolia et condamne Jean-Luc Touly et le distributeur français du film à un payement avec sursis de 1 000 respectivement 500 euros et à un euro de dommages chacun, payables à Veolia[pas clair].

Diffusion[modifier | modifier le code]

Le film est diffusé sur Arte le 22 mars 2011[2].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Water makes money », sur centpourcentnaturel.fr (consulté le 27 mai 2011)
  2. a et b « Veolia veut censurer un docu sur le business de l'eau », sur rue89.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]