Wassyla Tamzali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wassyla Tamzali
Description de cette image, également commentée ci-après
Wassyla Tamzali en 2016.
Naissance (78 ans)
Béjaïa, (Algérie)
Nationalité Drapeau : Algérie Algérienne
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Mouvement féministe
Genres

Wassyla Tamzali, née le à Béjaïa (Algérie), est une écrivaine et une militante féministe algérienne. Elle est également une ancienne avocate à la Cour d'Alger de 1966 à 1977, ancienne directrice des droits des femmes à l’UNESCO à Paris. Elle fut membre des instances dirigeantes du FFS, après 1989.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wassyla Tamzali est née à Béjaïa en Algérie, le 10 juillet 1941, d'un père algérien d'origine turque[1], issu d’une famille de marchands et d'industriels, et d'une mère espagnole. En 1992, elle est membre fondatrice du Collectif Maghreb Égalité. En 1996, elle est nommée directrice du programme de l’UNESCO pour la promotion de la condition des femmes en Méditerranée. De 1996 à 2003, elle participe aux forums civils Euromed, en tant que chargée des rencontres de femmes et du dialogue des cultures. Elle est membre du Réseau euro-méditerranéen des droits de l’homme. En 2001, elle est élue vice-présidente du Forum international des Femmes de la Méditerranée. En 2005, elle est membre du comité d’organisation du 10e Congrès mondial des études féministes sur les migrations. En 2006, elle est nommée directrice exécutive du Collectif Maghreb Égalité.

Le , elle est à l’initiative, avec 7 autres femmes arabes, de L'appel des femmes arabes pour la dignité et l'égalité[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « France Culture à l'heure algérienne », Télérama, (consulté le 3 mai 2017) : « Écouter la parole libre de Wassyla Tamzali, c'est approcher de près toute ... Née dans une famille d'origine turque et espagnole »
  2. « L'appel des femmes arabes pour la dignité et l'égalité » sur lemonde.fr, 8 mars 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]