Viaduc de Commelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Viaduc de Commelles (1984)
Le viaduc vu depuis le sud.
Le viaduc vu depuis le sud.
Géographie
Pays France
Région Picardie
Département Oise
Commune Orry-la-Ville / Coye-la-Forêt
Coordonnées géographiques 49° 09′ 08″ N, 2° 28′ 33″ E
Fonction
Franchit Thève
Fonction Ferroviaire
Caractéristiques techniques
Type Béton précontraint
Longueur 398 m

Viaduc de Commelles (1856)
La BB 16052 en tête d'un train de voyageurs, sur le viaduc.
La BB 16052 en tête d'un train de voyageurs, sur le viaduc.
Coordonnées géographiques 49° 09′ 08″ N, 2° 28′ 33″ E
Caractéristiques techniques
Type Pont en maçonnerie
Portée principale 19 m
Hauteur 38 m
Construction
Construction 1856-1859
Démolition 12 décembre 1985
Ingénieur(s) François Mention

Le viaduc de Commelles est un viaduc ferroviaire qui traverse la vallée de la Thève, au niveau des étangs de Commelles et plus précisément du marais de la Troublerie. Il permet aux trains venant de Paris-Nord de rejoindre Creil par la ligne de Paris-Nord à Lille depuis 1859.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie au dessus de la Thève, le nouveau viaduc de Commelles, long de 398 mètres, est situé entre les points kilométriques (PK) 36,876 et 37,274 de la ligne de Paris-Nord à Lille, entre les gares de Orry-la-Ville - Coye et Chantilly - Gouvieux[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le viaduc actuel a trois voies (mais édifié pour quatre) et est long de 380 m. En aval des étangs, il est élevé de 1980 à 1984 en béton pré-contraint, en remplacement d'un ancien viaduc qui avait été construit par l'ingénieur Pinel entre 1856 et 1859.

L'ancien viaduc était constitué de 15 arches, chacune d'une portée de 19 m et atteignant la hauteur maximale de 38 m. Inadapté à la circulation ferroviaire actuelle avec ses deux voies, il a finalement été détruit le à 15h. Il n'en reste plus que la trace des fondations[2]. Il a été construit par l'ingénieur François Hippolyte Désiré Mantion qui était chargé par la Compagnie des chemins de fer du Nord de la réalisation de la ligne de Saint-Denis à Creil[3].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 001 à 600, vol. 1, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-34-1), « [272/1] Paris-Nord - Creil », p. 104.
  2. Jean Tricoire et Jean-Paul Geai, « Les lignes de Paris à Lille, Bruxelles et Liège - Histoire et description de trois lignes emblématiques du Nord », Le Train, vol. 2, no 50,‎ (ISSN 1267-5008)
  3. « M. Mantion (notice nécrologique) », Le Génie Civil, no 794,‎ (lire en ligne, consulté le 28 septembre 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]