Verre photochromique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les techniques, les sciences appliquées ou la technologie
Cet article est une ébauche concernant les techniques, les sciences appliquées ou la technologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le verre photochromique est un verre correcteur qui a la propriété de se teinter en fonction de la quantité d'ultraviolet (UV) à laquelle il est soumis. Quand l'exposition aux UV disparait, les lentilles optiques retrouvent graduellement leur état clair.

Les verres photochromiques sont fabriqués soit avec du verre minéral, soit à partir de plastique thermodurcisseur (appelé organique) ou thermoplastique (appelé polycarbonate).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le verre photochromique, sous sa forme minérale, a été développé par la société Corning dans les années 1960. Les versions plastiques ont commencé à être commercialisées dans les années 1980 par American Optical puis en 1991 par Transitions Optical[1].

Détail technique[modifier | modifier le code]

  • Verre minéral : ces verres photochromiques intègrent habituellement dans leur structure un composé d'halogénure d'argent (chlorure d'argent, bromure d'argent...). Sous exposition aux UV, les liaisons argent - halogénure se cassent et les atomes d'argent s'associent entre eux ce qui assombrit le verre. Les liaisons argent - halogénure se reconstituent dès l'arrêt de l'exposition aux UV, redonnant sa clarté au verre.
  • Verre plastique : ces verres photochromiques sont habituellement recouverts d'une couche d'oxazines. Les liaisons dans les molécules se cassent sous l'effet de l'UV et le verre s'assombrit. Les liaisons se reconstituent quand l'UV a disparu ce qui rend la clarté au verre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]