Verquelure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tissu Verquelure

La verquelure, connue depuis le Moyen Âge, est un tissu de chanvre typique du pays de Montbéliard, ancien Comté indépendant de Franche-Comté jusqu’en 1793.

Histoire[modifier | modifier le code]

La matière première[modifier | modifier le code]

Le lin étant d’une culture plus délicate et demandant des conditions climatiques optimales, le chanvre fut choisi, dans le pays de Montbéliard, pour être cultivé dans des zones humides et fertiles appelées chènevière.

  • À l’automne, après la récolte et la macération, les fibres subissaient le rouissage et le teillage qui consiste en la séparation manuelle des fibres de la tige, sauf dans certains villages équipés de moulins à eau pour réaliser les opérations mécaniquement.
  • Les fibres étaient, le plus souvent, peignées manuellement pour éliminer la gomme et les impuretés.
  • Le filage au fuseau jusqu’au environ du XVIIIe siècle fut remplacé par le filage au rouet à pédale.

Fabrication du tissu[modifier | modifier le code]

Une fois filé, le chanvre était tissé sur des métiers rudimentaires pour obtenir, selon la technique de tissage, plusieurs sortes de toile :

  • Une toile commune obtenue par simple croisement du fil de trame avec le fil de chaîne, qui donnait une toile sans relief particulier, utilisée pour les enveloppes de matelas
  • Un sergé-croisé pour obtenir un motif croisé en diagonal, utilisé pour faire des étoffes destinées au linge de maison ordinaire comme les draps, nappes, mouchoirs, vêtements de travail. Cette toile très rugueuse au début devenait, au fil des lavages, plus souple et soyeuse comme le lin.
  • Un damassé, pour obtenir plus de relief par la présence de carreaux de couleurs qui apportaient plus de finesse et de richesse à ce tissu. Son aspect coloré et décoratif le destinait aux taies d’oreillers et d’édredons, aux nappes, rideaux et serviettes. Cette toile pris, dès le XVIe siècle le nom de toile verquelée puis plus tard de nom de verquelure.

Renommée[modifier | modifier le code]

Cette verquelure désignait exclusivement un tissu de chanvre tissé à la main dans le pays de Montbéliard et présentant des carreaux de couleurs bleus, rouges ou tricolores. Partout en France, cette étoffe était connue et renommée sous le nom de montbéliard, comme la saucisse et la vache laitière du même nom.

Aujourd’hui[modifier | modifier le code]

Aujourd’hui ce type de tissu de chanvre et sa fabrication traditionnelle ont complètement disparu depuis le début du XXe siècle, pour être remplacés par un tissage plus industriel de lin et de coton en Alsace. Les tissus anciens, qui faisaient la fierté des ménages montbéliardais, ne se trouvent plus que dans les musées de la région et sur les vides greniers et brocantes locaux.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]