Vera Menchik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vera Menchik
Image illustrative de l'article Vera Menchik
Vera Mennchik en 1933.

Naissance
Moscou, Empire russe
Décès (à 38 ans)
Clapham, Londres, Angleterre
Nationalité Britannique
Tchèque
Champion du monde 1927–1944

Vera Menchik, née le à Moscou et morte le à Londres, Angleterre, est une joueuse d'échecs.

Première championne du monde d'échecs féminin en 1927, elle a également participé à plusieurs tournois d'échecs avec certains des plus forts maîtres masculins de l'époque, en vainquant plusieurs d'entre eux, y compris le futur champion du monde Max Euwe.

Biographie et carrière[modifier | modifier le code]

Vera Menchik naît à Moscou d'un père tchèque et d'une mère anglaise et s'installe en Angleterre à quinze ans (en 1921). La même année, elle remporte le championnat féminin junior d'Angleterre (British Girls Championship). Elle devient l'élève de Géza Maróczy, qui s'était installé à Hastings, l'année suivante.

À partir de 1927, la Fédération internationale des échecs organise en marge des Olympiades d'échecs masculines (il n'y a pas encore d'olympiades réservées aux femmes) un tournoi individuel féminin considéré comme un véritable championnat du monde. Le premier eut lieu à Londres en 1927.

Menchik remporta tous les tournois d'avant-guerre, ne laissant aucune chance à ses concurrentes : en sept tournois consécutifs et 83 parties, elle enregistra 78 victoires, 4 nulles et une seule défaite. Son règne dura 17 ans. Elle a toujours joué sous le drapeau tchécoslovaque[1], sauf en 1927.

Vera Mennchik en 1935.

Parallèlement, elle remporte deux matches individuels, titre en jeu, organisés contre l'Allemande Sonja Graf :

En 1937, elle épouse Rufus Stevenson, éditeur du British Chess Magazine.

Elle rivalise avec les meilleurs joueurs, n'hésitant pas à participer aux tournois masculins. Elle termine 2e à Ramsgate en 1929 derrière Capablanca, ex æquo avec Rubinstein, et 3e à Maribor en 1934. Le « Club Menchik » réunit les maîtres masculins qui avaient succombé sur l'échiquier, parmi lesquels : Euwe, Reshevsky, Sultan Khan, Colle, Yates et Alexander.

Vera Menchik est tuée pendant la Seconde Guerre mondiale, en même temps que sa mère et sa sœur aînée, au cours d'un bombardement par un missile V1[2].

La coupe Vera-Menchik récompense l'équipe gagnante des Olympiades d'échecs féminines.

Parties remarquables[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pražský deník, samedi 18 août 2007.
  2. (en) CWGC Casualty Record, Wandsworth Metropolitan Borough.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]