Tournoi à deux tours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

On désigne par tournoi à deux tours[1] ou tournoi à double tour[2] ou « en aller-retour[2] » ou tournoi en double ronde (en anglais (en) « double round-robin ») un type de tournoi de jeu de stratégie (comme les échecs où ce terme est surtout usité, mais aussi les dames, Othello ou le jeu de go) où les adversaires se rencontrent tous deux fois : une fois avec les Blancs et une fois avec les Noirs (matchs aller et retour).

Utilité[modifier | modifier le code]

Ce système est surtout utilisé lorsque l'on veut créer des tournois de très haut niveau avec peu de participants, mais de qualité exceptionnelle (typiquement, les 5 ou 6 meilleurs joueurs mondiaux). Cependant, le système peut être décliné à tous les niveaux.

Il permet de compenser l'avantage que procure le fait de jouer en premier ou second (selon le jeu).

Tournois importants disputés à deux tours[modifier | modifier le code]

Historiquement, des tournois importants ont été des tournois disputés en double tour :

Tournois à quatre tours[modifier | modifier le code]

Aux échecs, les tournois des candidats de 1959 et de 1962 furent des tournois à quatre tours (en quadruple ronde) où chacun des huit joueurs rencontrait ses adversaires quatre fois (deux fois avec les Blancs et deux fois avec les Noirs). Quatre autres tournois importants d'échecs ont été organisés avec quatre tours :

Tournois à cinq ou six tours[modifier | modifier le code]

On a pu même voir des tournois à cinq tours (en quintuple ronde) comme ce fut le cas lors du championnat du monde d'échecs de 1948 organisé pour désigner le successeur d'Alexandre Alekhine au rang de champion du monde des échecs, tournoi remporté par Botvinnik.

Lors du tournoi d'échecs de Saint-Pétersbourg disputé en 1895-1896, chacun des quatre participants (Lasker, Steinitz, Tchigorine et Pillsbury) affronta six fois ses trois adversaires.

Matchs-tournois à huit tours[modifier | modifier le code]

Lors du championnat du monde d'échecs féminin de 1956, les trois joueuses affrontèrent chacune de leurs adversaires huit fois (tournoi à huit tours).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Le Lionnais et Ernst Maget, Dictionnaire des échecs, éd. PUF, 1967.
  2. a et b Larousse des échecs : Découvrir, approfondir, maîtriser (préf. Joël Lautier), Paris, Éditions Larousse, , 480 p. (ISBN 978-2-03-518207-4), p. 330

Bibliographie[modifier | modifier le code]