Van (remorque)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Van (cheval))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir van.
Article principal : Transport des équidés.
Un van classique

Un van est, dans le domaine de l'équitation, une remorque utilisée pour le transport des équidés sur les routes. Le van peut contenir généralement un ou deux, plus rarement trois animaux. Le poids important du van fait qu'un véhicule puissant est nécessaire pour le tracter, comme un 4x4. Les recherches suggèrent que les chevaux voyagent mieux dans le van s'ils sont placés la tête vers l'arrière, la position latérale étant la pire. Différentes vérifications doivent être effectuées sur le van avant départ, et un entretien régulier permet d’optimiser la durabilité de cet équipement.

Choix et modèles[modifier | modifier le code]

Le van est en général moins sûr qu'un camion[1]. Le van doit être d'une hauteur suffisante par rapport au cheval : le plafond doit arriver au moins 75 cm au-dessus de la hauteur du garrot[2]. Du fait de son poids pouvant vite devenir important, il demande un véhicule puissant, tel qu'un 4x4. En France, le permis B suffit pour conduire un ensemble ne dépassant pas 3,5 tonnes[3].

Différents modèles de vans

En Europe, la plupart des vans commercialisés présentent un point d'accès unique à l'arrière ou sur le côté, quoique ceux qui ont une rampe d'accès arrière puissent avoir un second accès, plus petit, sur le côté[4]. Les règles de protection animale dans l'union européenne interdisent que les rampes d'accès aient une pente supérieure à 20°[5]. Il est aussi demandé que le conducteur ou toute personne responsable du cheval puisse accéder à l'intérieur du van sans utiliser la rampe d'accès. Cette condition est généralement remplie par la présence d'une petite trappe ou petite porte (nommée groom's door au Royaume-Uni)[5]. D'autres petits vans n'ont pas de rampe, mais un plancher bas ou une structure démontable[6].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Placement des animaux[modifier | modifier le code]

Dans un van, les chevaux sont généralement placés dans le sens de marche de la route, la tête dans la direction du véhicule qui tracte[7]. La position avec la tête vers l'arrière, face à la route, est réputée plus sécurisante : les recherches scientifiques réalisées à ce sujet suggèrent que le cheval est moins stressé et fatigué s'il voyage la tête vers l'arrière. La position latérale est la pire, se révélant plus fatigante et stressante que la position tête vers l'avant[8].

Vérifications avant le départ[modifier | modifier le code]

Des précautions de sécurité sont à prendre avant chaque départ. Il convient de vérifier l'état de l'attelage, le serrage des boulons sur le pont d'embarquement (qui se desserrent régulièrement à cause des coups donnés par l'animal et des secousses sur la route), l'usure des pneus, l'état des freins, et le bon fonctionnement des connexions électriques. À l'intérieur, le van doit être débarrassé de tout élément qui pourrait blesser l'animal, et le plancher recouvert d'une litière. Il faut aussi vérifier la ventilation, en particulier pour l'ouvrir du côté opposé au pot d'échappement du véhicule qui tracte. Il est possible de mettre un filet à foin à l'intérieur, pour occuper le cheval pendant son transport[9].

Entretien à long terme[modifier | modifier le code]

Système d'attelage d'un van

Le van s'abîme au fil du temps en raison d'une multitude de facteurs (coups donnés par les chevaux, usure due à la route)... Le plancher est notamment un élément soumis à une pression d'usure importante, tout particulièrement s'il est en bois, tant à cause du crottin et de l'urine (acide) du cheval qui s'y dépose, que de la boue et de l'humidité sur la route, qui l'attaque par le dessous. Une trop grande usure du plancher peut provoquer un accident grave, si le cheval tape et le défonce du pied. Pour prévenir l'usure du plancher, il convient de rincer et sécher l'intérieur après chaque transport, et de nettoyer le bas de caisse des éléments qui s'y sont déposés au fil de la route. il est également possible de refaire le plancher[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Institut du cheval, Maladies des chevaux, France Agricole Editions,‎ (ISBN 2855570107 et 9782855570105), p. 365.
  2. T L Whiting et Sauder, R A, « Headroom requirements for horses in transit », Can Vet J., vol. 41, no 2,‎ , p. 132–133.
  3. « Permis de conduire pour le transport de chevaux *** - Haras-nationaux », sur www.haras-nationaux.fr (consulté le 18 octobre 2015)
  4. « Horseboxes », Empire Coachbuilders (consulté le 1er août 2013)
  5. a et b (en) Welfare of Animals During Transport, DEFRA (lire en ligne)
  6. Charlotte White, « Rampless horsebox launched to equestrian market », Horse and Hound,‎ (lire en ligne).
  7. Véronique Arné et Jean-Marc Zalkind, L'élevage du cheval, Educagri Éditions,‎ (ISBN 2844444431 et 9782844444431), p. 61.
  8. (en) B. Padalino, A. Maggiolino, M. Boccaccio et A. Tateo, « Effects of different positions during transport on physiological and behavioral changes of horses », Journal of Veterinary Behavior: Clinical Applications and Research, vol. 7, no 3,‎ , p. 135–141 (DOI 10.1016/j.jveb.2011.09.003).
  9. Laurence Grard Guénard, Les fondamentaux de l'attelage: Galops 1 à 7, Éditions Amphora,‎ (ISBN 2851807382 et 9782851807380), p. 161.
  10. Lambert-Lefranc, avec la collaboration de Christian Artaud, carrossier remorques 2012.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Welfare of Animals During Transport, DEFRA (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Lambert-Lefranc, avec la collaboration de Christian Artaud, carrossier remorques, « Refaire le plancher d'un van », Cheval Savoir, no 28,‎ (lire en ligne)