Sam l'insubmersible

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Unsinkable Sam)
Aller à : navigation, rechercher

Sam l'insubmersible (Unsinkable Sam), aussi connu sous le nom d'Oscar, est un chat de navire militaire allemand. Il a navigué pendant la Seconde Guerre mondiale avec la Kriegsmarine et la Royal Navy. Au cours du conflit, il navigue sur trois navires et survit aux naufrages de ces trois bateaux[1].

Service[modifier | modifier le code]

Bismarck[modifier | modifier le code]

Bismarck

Ce chat noir et blanc appartient à un membre d'équipage inconnu du cuirassé allemand Bismarck. Il est à bord du navire le 18 mai 1941, lors du départ pour l'opération Rheinübung la seule et unique mission du Bismarck. Ce dernier coule en effet le 27 mai 1941 après une bataille navale. Seuls 115 membres d'équipage survivent sur 2200. Quelques heures plus tard, Oscar est retrouvé flottant sur une planche et ramassé. C'est le seul survivant du Bismarck secouru par le HMS Cossack[2]. Ignorant son nom sur le Bismarck, l'équipage du HMS Cossack le nomme « Oscar ».

HMS Cossack[modifier | modifier le code]

HMS Cossack

Il sert à bord du HMS Cossack pendant les mois suivants lors des missions d'escorte de ce bateau en Méditerranée et dans l'Atlantique nord. Le 24 octobre 1941, le Cossack escorte un convoi entre Gibraltar et le Royaume-Uni quand il est sévèrement endommagé par une torpille tirée par le sous-marin allemand U-563[3]. L'équipage est transféré sur le destroyer HMS Legion. Une tentative de remorquage à Gibraltar est effectuée, mais les conditions météorologiques s'aggravant, cette tentative se solde par un échec. Le 27 octobre, le HMS Cossack coule à l'ouest de Gibraltar. Une explosion due à la torpille arrache le tiers avant du navire, tuant 159 membres d'équipage, mais Oscar survit. Il est ramené à Gibraltar[3].

HMS Ark Royal[modifier | modifier le code]

HMS Ark Royal

Maintenant appelé Unsinkable Sam, il est transféré sur un porte-avions le HMS Ark Royal, qui avait joué un rôle dans la destruction du Bismarck. Cependant, lors du retour vers Malte, le 14 novembre 1941, ce navire est torpillé par le sous-marin allemand U-81. Des tentatives sont également faites pour remorquer le HMS Ark Royal à Gibraltar, mais les trop importantes entrées d'eau rendent la tâche vaine. Le porte-avions se renverse et coule à 30 miles de Gibraltar. Le navire coule lentement permettant à tout l'équipage — sauf une personne — d'être sauvé. Sam est retrouvé accroché à une planche flottante[4]. Les naufragés sont affamés mais plutôt en bon état[5]. Ils sont transférés sur le HMS Lightning. Le HMS Lightning coule en 1943, mais sans que Sam soit à bord.

Fin de service[modifier | modifier le code]

La perte du HMS Ark Royal marque la fin de la carrière maritime de Sam et il est d'abord transféré dans les bureaux du gouverneur de Gibraltar, puis renvoyé au Royaume-Uni. Il passe le reste de sa vie dans la Maison des marins de Belfast[6] et meurt en 1955[7].

Un portrait au pastel, intitulé Oscar, the Bismarck's Cat, par l'artiste Georgina Shaw-Baker, est en possession du Musée national de la Marine à Londres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Sam Stall, 100 Cats Who Changed Civilization: History's Most Influential Felines, Quirk Books,‎ (ISBN 1-59474-163-8), p. 57–58
  2. (en) Janusz Piekałkiewicz (trad. Peter Spurgeon), Sea War, 1939-1945, Historical Times,‎ (ISBN 978-0-7137-1665-8), p. 142
  3. a et b (en) Janusz Piekałkiewicz (trad. Peter Spurgeon), Sea War, 1939-1945, Historical Times,‎ (ISBN 978-0-7137-1665-8), p. 170
  4. (en) Imperial War Museum, « The Animals’ War: Special Exhibitions Gallery » [PDF] (consulté le 17 avril 2013)
  5. (en) William Jameson, Ark Royal: The Life of an Aircraft Carrier at War 1939-41, Periscope Publishing,‎ (ISBN 1-904381-27-8), p. 372
  6. Dorica Lucaci, 100 chats qui ont fait l'Histoire, Stéphane Chabenat, Les Éditions de l'Opportun,‎ (ISBN 978-2-36075-364-2), p. 36-37
  7. (en) Janusz Piekałkiewicz (trad. Peter Spurgeon), Sea War, 1939-1945, Historical Times,‎ (ISBN 978-0-7137-1665-8), p. 173

Lien externe[modifier | modifier le code]