Classe L et M

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres classes de navires du même nom, voir classe L et classe M.

Classe L et M
Image illustrative de l’article Classe L et M
Le HMS Legion.
Caractéristiques techniques
Type destroyer
Longueur 110,4 m
Maître-bau 11,3 m
Tirant d'eau 3,0 m
Déplacement 1.950 tonnes
Port en lourd 2.700
Propulsion 2 turbines à vapeur Parsons
2 chaudières Admiralty
Puissance 48.000 ch
Vitesse 36 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement origine
Rayon d’action 5.500 milles nautiques à 15 nœuds
(537 tonnes de mazout)
Autres caractéristiques
Électronique sonar et radar antiaérien
Équipage 190
Histoire
Constructeurs divers
A servi dans Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Marine polonaise
Marine turque
Commanditaire Royal Navy
Période de
construction
1938-1942
Période de service 1940-1959
Navires construits 16
Navires perdus 9
Navires démolis 7

La classe L et M est une série de 16 destroyers construite pour la Royal Navy et lancée entre 1939 et 1942. Elle a servi durant la Seconde Guerre mondiale.

Conception[modifier | modifier le code]

Conçus à partir de la fin des années 1930, ces bâtiments étaient une première sorte de classe « d’urgence ». Ordonné dans le cadre de la programmation navale de 1937 (classe L) et de 1939 (classe M), ils ont été conçue rapidement d'après la classe J, K et N[1]. Ils étaient cependant plus grands et plus puissants, adoptant un armement toujours en tourelles doubles, mais de pièces de 120 mm de calibre 50 (Mark. XI) au lieu de 45, à tir rapide. Pour améliorer la stabilité, ils revenaient à des bancs de tubes lance-torpilles quadruples. Mais les nouveaux affûts étaient longs à mettre au point, de telle sorte que les quatre premiers de la classe L furent terminés dans l’urgence avec un armement de 8 pièces de 101 mm à vocation antiaérienne/anti-navires en 4 tourelles doubles[1].

On déposa également les bancs arrières de tubes lance-torpilles au profit de cette même tourelle sur la plupart des unités achevées en 1941, mais certaines revinrent à leurs 8 tubes lance-torpilles. En 1942, on commença à monter des canons Oerlikon de 20 mm, de 6 à 10 en 1944-45. Le HMS Mahratta fut le dernier à être achevé en 1943 : il fut transféré d’urgence dans un autre chantier après la destruction du chantier naval Scotts par la Luftwaffe[1].

Les deux chef de flotille sont quasi-identiques au reste de la classe.

Service[modifier | modifier le code]

Les pertes furent également de plus de 50 % des unités engagées : Six navire du groupe L ont été perdus. Le groupe M a servi dans la Home Fleet jusqu'en 1944 puis a été transféré en Méditerranée. Trois de cette flottille ont été perdus et quatre ont été vendus à la Turquie en 1959.

Projet de modernisation en frégate type 62[modifier | modifier le code]

En 1949, un projet de conversion de destroyer en piquet radar (en) fut proposé. Ces navires devaient avoir le radar d’interception 982/983, un affût double de 102 mm (remplacé en décembre 1953 par un affûts américains de 76 mm calibre 50, un squid ainsi que les sonars type 162 et 166[2]. La vitesse estimée devait être de 28 nœuds avec un déplacement à pleine charge de 3 000 tonnes et un rayon d’action de 3 000 milles à 15 nœuds. Un total de 12 conversions divisé en deux groupes étaient prévus : les 5 de la classe M plus les destroyers Myngs, Kempenfelt, Troubridge, Wager, Whelp, Savage et Grenville. Les navires de la classe M plus large semblaient les plus aptes à supporter de gros radars tandis que les autres pouvaient supporter deux type 277 Q. Le Grenville endommagé dans une collision fut remplacé par l'Ursa[2].

Il devient rapidement évident que seul les "M" étaient assez large pour pouvoir supporter le poids des radars, en conséquence les emergency destroyers furent reversé dans le programme de conversion type 15 / type 16. Finalement cette conversion fut jugée trop onéreuse pour des navires anciens et en mauvaise conditions matériels, le projet étant définitivement abandonnée en mai 1954[2].

Les bâtiments[modifier | modifier le code]

Les destroyers du groupe L[modifier | modifier le code]

Nom Pennant number Lancement Service effectif Chantier naval Fin de carrière Photo
HMS Laforey G99 Yarrow Shipbuilders
Scotstoun
torpillé le HMS Laforey secured.jpg
HMS Lance G87 Yarrow Shipbuilders
Scotstoun
bombardé le HMS Lance.jpg
HMS Gurkha
(ex-HMS Larne)
G63 Cammell Laird
Birkenhead
torpillé le
HMS Lively G40 Cammell Laird
Birkenhead
coulé le HMS Lively (G40).jpg
HMS Legion G74 Hawthorn Leslie and Company
Hebburn
torpillé le HMS Legion.jpg
HMS Lightning G55 Hawthorn Leslie and Company
Hebburn
torpillé le
HMS Lookout G32 Scotts Shipbuilding and Engineering Company
Greenock
vendu pour démolition le HMS Lookout (G32).jpg
HMS Loyal G15 Scotts Shipbuilding and Engineering Company
Greenock
vendu pour démolition en 1948

Les destroyers du groupe M[modifier | modifier le code]

Nom Pennant number Lancement Service effectif Chantier naval Fin de carrière Photo
HMS Milne
Alp Arslam (1959-70)
G14 Scotts Shipbuilding and Engineering Company
Greenock
vendu à La Turquie HMS Milne WWII IWM FL 7744.jpg
HMS Mahratta
(ex-HMS Marksman)
G23 Scotts Shipbuilding and Engineering Company
Greenock
coulé le
HMS Musketeer G86 Fairfield Shipbuilding and Engineering Company
Glasgow
vendu pour démolition le
ORP Orkan
(ex-HMS Myrmidon)
G90 Fairfield Shipbuilding and Engineering Company
Glasgow
coulé le ORP Orkan.jpg
HMS Matchless
Kılıç Ali Paşa (1959-71)
G52 Alexander Stephen and Sons
Govan
vendu à la Turquie HMS Matchless G52.jpg
HMS Meteor
Piyale Pasha (1959-79)
G74 Alexander Stephen and Sons
Govan
vendu à la Turquie
HMS Marne
Mareşal Fevzi Çakmak (1959-70)
G35 Vickers-Armstrongs
Newcastle upon Tyne
vendu à la Turquie HMS Marne stationary.jpg
HMS Martin G44 Vickers-Armstrongs
Newcastle upon Tyne
torpillé le

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « DESTROYERS CLASSE L ET M », sur secondeguerre.net (consulté le 6 octobre 2018)
  2. a b et c LES DESTROYERS DE LA CLASSE 'M' sur http://forummarine.forumactif.com.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Conway's All the World's Fighting Ships, 1922-1946, Ed. Robert Gardiner, Naval Institute Press, (ISBN 0-87021-913-8)
  • Tribal Class Destroyers, Peter Hodges, Almark, 1971, (ISBN 0-85524-047-4)*

Liens externes[modifier | modifier le code]