Chambre de commerce des États-Unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Chambre de Commerce des États-Unis ou United States Chamber of Commerce familièrement nommée AmCham, est la plus grande fédération commerciale à but non lucratif au monde. Elle a été fondée en 1912. Elle représente environ trois millions d'entreprises dans le pays (dont certaines sont rattachées à des chambres d'importance moindre), 2 000 chambres locales, ou d'état, et 830 associations commerciales. L'effectif de la chambre se compose de spécialistes politiques, de lobbyistes et de juristes. Elle est connue pour dépenser plus d'argent que n'importe quel lobby du pays sur une base annuelle.

Sa représentation au sein de l'Union européenne est surnommée EU Committee of AmCham.

Prises de position[modifier | modifier le code]

La Chambre de Commerce des États-Unis défend systématiquement les intérêts de l'industrie du tabac, notamment en s'opposant à la mise en place de mesures anti-tabac à l'étranger[1],[2], et en militant pour que les entreprises de ce secteur ne soient pas exclues du mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États négocié dans le cadre notamment des discussions sur l'accord de partenariat transpacifique[3] (alors que plusieurs pays en développement ont demandé que le secteur soit exclu de ces négociations). Suite à la révélation par le New York Times de cette action militante, la chaine de pharmacie CVS Health a annoncé le 7 juillet 2015 sa décision de mettre fin à son adhésion à la Chambre de Commerce[4]. Quelques jours plus tôt, plusieurs sénateurs démocrates (Richard Blumenthal, Sherrod Brown, Dick Durbin, Al Franken, Jeff Merkley, Elizabeth Warren et Sheldon Whitehouse) avaient également critiqué l'action de la Chambre de Commerce dans ce domaine, qualifiée de « veule et inadmissible » (« craven and unconscionable »)[5].

La Chambre de Commerce s'oppose également aux mesures de lutte contre le changement climatique[6]. Cette prise de position a entrainé le départ de plusieurs entreprises, notamment Apple[7].

Elle s'est opposée à la mise en place du système d'assurance santé obligatoire (le Patient Protection and Affordable Care Act ou ObamaCare), mais ne milite plus pour son abrogation[8],[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]