Travail en perruque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir perruque (homonymie).

Le travail en perruque ou encore Faire la perruque est l'utilisation du temps de travail et/ou des outils de travail de l'entreprise par un employé pour effectuer des travaux qui ne correspondent pas à ceux pour lesquels il est payé. Cette activité répond généralement à des objectifs personnels, et elle est parfois connue et acceptée par l'employeur.

Concept[modifier | modifier le code]

Denis Poulot, un ancien contremaître devenu patron, explique dans son livre Le sublime paru en 1870[1] : « faire une perruque, c’est travailler pour soi. »

Dans Le parler des métiers[2], Pierre Perret définit le travail en perruque comme un « bricolage personnel fait à l’atelier, au détriment de l’entreprise. » Michel Anteby[3] résume le travail en perruque à « la production en usine d'objets à usage personnel, réalisés sur temps de travail ».

Robert Kosmann quant à lui définit la perruque comme : « L'utilisation de matériaux et d'outils par un travailleur sur le lieu de l'entreprise, pendant le temps de travail, dans le but de fabriquer ou transformer un objet en dehors de la production régulière, de l'entreprise ». Cette pratique peut être interprétée dans certains cas comme une forme de résistance à un travail aliéné, par la réappropriation d'un savoir-faire professionnel récupéré sur le temps et les matériaux du patron.

Origine[modifier | modifier le code]

L'expression « travailler en perruque », et le mot « perruque » pris dans le sens de travail fait « en douce », maquillé, datent du XIXe siècle. Ces expressions ont vraisemblablement un lien avec la perruque de faux cheveux, le postiche, mais l'étymologie du mot perruque est elle-même incertaine, d'après Alain Rey[4].

Le mot « perruque » a lui-même plusieurs significations, selon les métiers. Pour un coiffeur, c'est un postiche, pour un pêcheur, c'est une ligne emmêlée, pour un bijoutier c'est un amas de fil de fer sur lequel il soude. Pour un plombier c'est la filasse qui sert à étancher les filetages, « de la blonde » d'après Pierre Perret.

Toutes ces utilisations du mot perruque décrivent un objet assez confus, qui a des applications destinées à masquer quelque chose, difficile à décrire.

Expressions équivalentes[modifier | modifier le code]

Le travail en perruque peut aussi s'appeler, d'après Étienne de Banville[5], « travail en sous-sol », « travail de la main gauche », « travail en douce », « travail masqué ». Cette dernière expression est distincte du « travailler en temps masqué », qui se réfère à une opération de fabrication réalisée en parallèle d'une autre opération, et dans un temps inférieur ou égal à celle-ci.

Certaines régions emploient un autre terme à la place de perruque : « bricole » à Nantes et à Montbéliard, « casquette » à Tulle, « pinaille » à Sochaux-Montbéliard, etc.

La perruque en quelques exemples[modifier | modifier le code]

Ce type d'utilisation détournée du temps de travail ou des outils touche un large panel de secteurs d'activité et d'entreprises: un salarié peut ainsi utiliser les outils, un véhicule de l'entreprise pour faire, à son profit, un travail chez le client analogue à celui qu'il accomplit pour son entreprise. Les grandes entreprises manufacturières sont aussi concernées, particulièrement dans des domaines comme la construction navale, la construction automobile, ou l'aéronautique. Il ne se limite pas aux secteurs de l'industrie lourde, et touche aussi par exemple le milieu informatique : ce type d'activité était par exemple relativement commun au sein de la compagnie Apple dans les années 1990, les ingénieurs poursuivant le développement de projets refusés par la direction, dans l'espoir d'une réévaluation[6].

Dans le métier de la pêche, il existe une pratique proche du travail en perruque, qui est « faire de la godaille ». Le patron pêcheur laisse à ses marins les produits de la pêche, poissons, crustacés, coquillages qui présentent des défauts, une patte en moins, une araignée faible et qui ne seraient pas vendus à la criée. L'opération s'effectue pendant le tri, et se différencie de la perruque par le fait qu'elle est ouvertement acceptée par le patron. Seuls les critères de tri sont sujets à controverse. Le poids de la godaille est réglementé. C'est une utilisation tolérée des rebuts, des chutes, comparable à ce qui est admis dans l'industrie.

Dans la presse, il peut concerner les journalistes qui écrivent des piges pour d'autres publications sur leur lieu de travail.

Alain Rey cite aussi la perruque d'État comme le détournement du matériel de l'État (1858). Ce type d'activité relève plutôt aujourd'hui de l'abus de biens sociaux.

Les relations entre perruqueurs et perruqués[modifier | modifier le code]

C'est le sujet principal de la thèse de Michel Anteby : l'étude des interactions semi-clandestines en usine[3]. Elles sont habituellement qualifiées d'«indulgentes» en sociologie du travail, depuis les travaux d'Alvin Gouldner en 1954.

Les autres formes de « travail dissimulé »[modifier | modifier le code]

  • Le travail dissimulé illicite
On ne peut pas considérer que le travail au noir, ou le travail clandestin soient des travaux en perruque, puisqu'il n'est pas réalisé sur son lieu de travail habituel, pour le premier, et fait sous la direction d'une organisation, pour le second.
  • Les imputations incorrectes des heures passées
Attribuer, imputer les heures passées à l'étude d'un projet à un autre projet, c'est en quelque sorte travailler en perruque sur une affaire au détriment d'une autre. Ce n'est pas une véritable perruque, car ce n'est pas travailler pour soi.

Cette manipulation est généralement réalisée quand un projet a été sous-évalué [7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le sublime, Denis Poulot, édité par La commune, 1870
    Question sociale. Le sublime, ou le travailleur comme il est en 1870, et ce qu'il peut être. Introduction d'Alain Cottereau, édité par Maspero, 1980
  2. Le parler des métiers, Pierre Perret, Robert Laffont, 2003, (ISBN 2221096444) .
  3. a et b Michel Anteby, La « perruque » en usine : approche d'une pratique marginale, illégale et fuyante, revue Sociologie du travail, 2003, vol. 45, no 4, p. 453 à 471.
  4. Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française,1992, Dictionnaires LE ROBERT, (ISBN 2850361879).
  5. Etienne De Banville, L'usine en douce - Le travail en « perruque », L'Harmattan, 2001, (ISBN 2747507874) .
  6. Tristan Nitot, Le travail en perruque chez Apple, d'après The Graphing Calculator Story, Ron Avitzur.
  7. Jean Lojkine et Jean-Luc Maletras, Le temps de travail informationnel : des mesures incertaines et contradictoires, p. 11 [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Anteby, Moral Gray Zones: side productions, identity, and regulation in an aeronautic plant, Princeton University Press, 2008
  • Étienne De Banville, L’usine en douce. Le travail en « perruque », Paris, L’Harmattan, 2001
  • Robert Kosmann, La perruque, un travail détourné in « Histoire et Sociétés », no 17, janvier 2006
  • Robert Kosmann, La perruque ou le travail masqué in « Renault Histoire », no 11, juin 1999
  • Robert Kosmann, Photos et textes sur le site de l'exposition parallèle de la Biennale de Paris, site créé par Jan Middelbos, [3] et [4]
  • Robert Kosmann, Perruque et bricolage ouvrier in Des mondes bricolés, arts et sciences à l'épreuve de la notion de bricolage, INSA de Lyon, Editions: Presses Polytechniques Universitaires Romandes (PPUR), avec DVD, décembre 2010.
  • Jan Middelbos, « Y a-t-il un artiste dans l’usine ? », Art21, n°32, hiver 2011-2012[5].
  • Florence Weber, Le travail à côté : une ethnographie des perceptions, Paris, Editions de l’EHESS, 2009