Traité d'Amiens (1279)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Traité d'Amiens.
Traité d'Amiens (1279)
Signé 23 mai 1279
Parties
Signataires Philippe III le Hardi, roi de France Édouard Ier, roi d'Angleterre

Le traité d'Amiens fut signé le 23 mai 1279 dans cette ville de Picardie entre le roi de France, Philippe III le Hardi et le roi d'Angleterre, duc d'Aquitaine, Édouard Ier, pour régler un différend entre eux. Par ce traité, le roi de France acceptait l'exécution des clauses du traité de Paris de 1259 qui avait mis fin au premier conflit entre Capétiens et Plantagenêt.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le traité de Paris de 1229 mettant fin au conflit entre le roi de France et le comte de Toulouse prévoyait le mariage de la fille de ce dernier, Jeanne de Toulouse, avec le frère du roi de France, Alphonse de Poitiers. Dans le cas où ils n'auraient pas d'héritiers, leurs domaines devaient revenir à la Couronne de France. Parmi ces domaines, certains, comme l'Agenais et le Quercy, avaient été apportés en dot par Jeanne, sœur du roi d'Angleterre, Richard Cœur de Lion, lors de son mariage avec Raymond VI de Toulouse, en octobre 1196.

Le traité de Paris de 1259 signé entre Louis IX et Henri III avait prévu que, dans le cas où Jeanne de Toulouse n'aurait pas d'héritier, les domaines apportés par sa grand-mère retourneraient à la Couronne anglaise. Henri III avait élevé aussi des prétentions sur le Quercy et la Saintonge, mais qui avaient été laissées en suspens.

En août 1271, Jeanne de Toulouse et Alphonse de Poitiers moururent à quelques jours d'intervalle, sans héritier. Sitôt leurs morts connues, le roi de France, Philippe le Hardi, se déclara possesseur de tous leurs domaines, y compris ceux qui devaient revenir à Henri III.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Après la mort d'Henri III, les négociations entre Philippe III et Édouard Ier furent longues avant que le roi de France ne cédât l'Agenais et renonçât à la Saintonge. Le cas du Quercy devait faire l'objet d'une enquête ultérieure. Finalement, en 1286, le Quercy revint au roi de France Philippe le Bel en échange d'une rente annuelle.

Les seigneurs de l'Agenais prêtèrent serment de fidélité au roi d'Angleterre le 9 avril 1279 dans l'église des Jacobins d'Agen.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]