Tour Pey-Berland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tour Pey Berland)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tour Pey-Berland
Bordeaux - Tour Pey-Berland.jpg
Tour Pey Berland en 2016
Présentation
Type
Style
Construction
Hauteur
66 m
Propriétaire
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées

La tour Pey-Berland, du nom de l'archevêque Pey Berland, est le clocher séparé de la Cathédrale Saint-André, situé à Bordeaux sur la Place Pey-Berland. Elle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862[1]. Elle est également classée au patrimoine mondial de l'Unesco[2].

La tour Pey-Berland à Bordeaux comme une centaine d’autres monuments, propriété de l’État, est gérée, animée et ouverte à la visite par le centre des monuments nationaux.

Présentation[modifier | modifier le code]

Sa construction s'échelonna de 1440 à 1500 à l'initiative de l'archevêque du même nom. Couronnée d'un clocher, elle est toujours restée isolée du reste de la Cathédrale. Superbement sculptée, elle fut vendue comme bien national pendant la Révolution et transformée en fabrique de plombs de chasse et magasin à fourrage[3]. La tour redevient édifice religieux par décret du [4].

La flèche, tronquée par une tempête ayant donné des vents de force d'ouragan au XVIIIe siècle, est aujourd'hui coiffée par la statue dorée d'une Vierge à l'enfant appelée Notre-Dame d'Aquitaine (réalisée par Jean-Alexandre Chertier et installée en 1863), et abrite un fameux bourdon de plus de 8 tonnes. La statue de la vierge au sommet est tournée vers le village de Saint Raphaël, situé dans le Médoc, d'où était originaire Pey Berland.

La situation isolée de cette « tour-clocher » n'a rien de bien étonnant en Gironde, où les exemples sont légion. En particulier du fait des vibrations des cloches et du sol marécageux, qui auraient pu fragiliser la cathédrale. Cependant, il faut rappeler que la tour était autrefois reliée à la cathédrale par les maisons des chanoines, selon une coutume en vigueur dans tout l'Ouest de la France.

Il faut escalader deux-cent trente trois marches dans un étroit escalier à vis pour atteindre la terrasse située au sommet de la tour et qui a la forme d'une galerie autour de la flèche. Elle se trouve à environ cinquante mètres du sol. La base de la statue se trouve à 60 mètres, et la hauteur de cette dernière est de 6 mètres.

Inscription[modifier | modifier le code]

La tour Pey-Berland possède une inscription en latin incrustée dans la face nord[5],[6] :

inscription en latin

1 Disquadram quicumque oculis Turrim aspicis aequis,
2 Mille quadringentis quadraginta labentibus annis,
3 Felicibus coeptam auspiciis, nonasque secundo
4 Octobris, tantum certo scito esse profundam,
5 Fons quoque prosiliens quantum tenet. Huic quoque primum
6 Subjecit lapidem Petrus Archipraesul in urbe
7 Burdigalae, cujus plebs collaetetur in aevum.

Sur la pierre le texte en hexamètres est orthographié à la façon médiévale: on trouve des abréviations et un e au lieu de ae ou oe (equis, ceptam, Archipresul, colletetur, evum). Le premier mot, disquadram, qu'on chercherait en vain dans le dictionnaire, est surprenant. Tenant compte du préfixe négatif dis et de quadrus, carré, on en déduira un manque: que la base de la tour serait irrégulière. D’aucuns ont voulu lire bisquadram, deux fois carrée, donc octogonale, ce qui ne serait pas péjoratif. Mais outre le fait que l’inscription ne porte pas un B-, mais un D-, la base de la tour n’est pas octogonale. La base déformée, disquadra, de la tour est justifiée par la hauteur extrême de celle-ci[7],[8]:

1 Qui que tu sois qui portes un regard bienveillant sur cette tour non-carrée
2 dont après 1440 ans (depuis Jésus-Christ ) (la construction)
3 fut entreprise sous d'heureux auspices la veille des Nones
4 d'octobre: sache assurément qu'elle est aussi haute
5 que la distance à laquelle la fontaine proche d'ici jaillit. En posa aussi
6 le premier bloc Pierre, archevêque de la ville de
7 Bordeaux. Sa population s’en réjouisse à jamais.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00083480, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Monuments nationaux.fr, Tour Pey-Berland
  3. Office de tourisme de Bordeaux ; Patrimoine et Inventaire d'Aquitaine
  4. Archives nationales, dossiers de travaux, cote F/19/7651
  5. (la) Jean Chenu, Archiepiscoporum et episcoporum Galliæ chronologica historia : Qua ordo eorumdem a temporibus apostolorum incœptus, ad nostra usque, per traducem succedentium seruatus, ostenditur. Auctore Ioanne Chenu Biturico, in Senatu Parisiensi Patrono., t. 1, , 572 p. (lire en ligne), p. 417
  6. Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts (Bordeaux), Actes de l'Académie royale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, vol. 1, Bordeaux, Charles Lawalle (Bordeaux), Aimé André (Paris), , 433 p. (lire en ligne), p. 276
  7. « Fiche de la Tour Pey Berland », sur Médaille-Passion, (consulté le 23 avril 2019)
  8. Pierre Trial, Étude et traduction du texte de l'inscription de la tour de Pey-Berland. Revue de la Société Archéologique de Bordeaux 1926, pp. 33–41.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :