Tomás de Mercado

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tomás de Mercado
Biographie
Naissance
Décès
Formation
Activités
Économiste, dominicainVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Ordre religieux
Mouvement
De' negotii et contratti de mercanti, 1591.

Tomás de Mercado (1525–1575) était un frère Dominicain et d'autre-part un économiste et un théologien, mieux connu pour son livre Suma de Tratos y Contratos ("Manuel du commerce et Contrats") de 1571. Associé à Martín d'Azpilcueta il fonda la tradition économique "Monétarisme Ibérique"; Tous deux forment une partie de la tradition intellectuelle générale souvent connue sous le terme de  "Scolastique tardive", ou École de Salamanque.

Il est né à Séville ou peut-être à Mexico, où, jeune homme, il joignit les Dominicains, devenant conférencier en Arts au prieuré de Mexico, avant de retourner étudier à l'Université de Salamanque, ou il devint conférencier en philosophie, théologie morale et loi[1]. Il travailla alors à la Casa de Contratación de Séville, au centre du flux monétaire international espagnol[2]. Il mourut en voyage en retournant à Mexico.

Mercado devint connu de manière plus étendue en dehors du Monde espagnol après qu'il eut été étudié par Joseph Schumpeter dans son History of Economic Analysis (Histoire de l'analyse économique), publié de manière posthume par. Elisabeth Boody Schumpeter, en 1954. Avec la forte reprise de l'économie monétaristes depuis lors, il a attiré plus intensément l'attention des chercheurs.

La Suma de Mercado[modifier | modifier le code]

La Suma était une édition étendue d'un travail publié pour la première fois en 1569 nommé De los tratos de India y tratantes en ellas[3]. Il a été écrit pour les hommes d'affaires ainsi que des chercheurs et contient de nombreuses digressions générales sur les questions sociales, souvent dans un langage très animé[2]. Azpilcueta, quelques années auparavant, était le premier à lier la révolution des prix qui affectait l'Espagne, à l'afflux d'or américain, et Mercado étendit cette analyse, en remarquant que: 

« Les prix élevés ont ruiné l'Espagne pendant que les prix on attiré les produits asiatiques et que la monnaie d'argent jaillissait pour les payer. Les routes de Manilles dans les territoires espagnol des Philippines pourrait être pavée de pavé de granite amenés de chine comme ballast dans les bateaux chinois venu pour emporter l'argent à destination de la Chine"[4]. »

Il consacre beaucoup de réflexion au concept de "juste prix", analysé en termes de blé,et de soutenir fortement le prix tasa fixe ou fixé par le gouvernement pour des raisons sociales et éthiques, même si cela signifie que les producteurs vendent à perte[5]

Mercado a consacré un chapitre aux traites négrières, à propos duquel il était très critique, voyant clairement que la notion de "juste esclavage" ne reflétait pas la pratique des échanges réels[6]. Cependant, il a considéré comme acceptable pour les Européens d'acheter des esclaves asservis par les Africains, et accepté l'esclavage des prisonniers en temps de guerre, les personnes condamnées pour des crimes ou des enfants vendus par leurs parents par nécessité[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Companion, 40
  2. a et b Baeck, 184
  3. History of economic analysis, Schumpeter J.
  4. The College Board, 2006 AP World History Free Response Questions - Consulter en ligne
  5. Gallardo, 10
  6. Mercado on slavery

Liens externes[modifier | modifier le code]