The United States of America

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The United States of America
Pays d'origine États-Unis
Genre musical Rock psychédélique, rock expérimental, art rock
Années actives 1967-1968
Labels Columbia

The United States of America est un groupe de rock psychédélique et expérimental des années 1960.

Histoire[modifier | modifier le code]

Originaire de Los Angeles, formé en 1967 par Joseph Byrd qui y joint son ancienne petite amie Dorothy Moskowitz, le groupe est composé de Joseph Byrd (musique électronique, harpe électrique, orgue, piano, Synthétiseur), Dorothy Moskowitz (voix), Gordon Marron (violon électrique), Rand Forbes (basse) et Craig Woodson (batterie et percussion). Ils sont accompagnés sur scène au piano par Ed Bogas et se séparent dès 1968.

L'album The United States of America[modifier | modifier le code]

Il débute avec The American Metaphysical Circus où sous un empilement de fanfare patriotique, Moskowitz chante depuis un sous-marin en train de couler. Cloud Song est une mélodie délicate et mystérieuse. Les dernières minutes de The American Way of love rappellent comme sous l'effet d'un flashback toutes les chansons précédentes.

Titres[modifier | modifier le code]

  • 1 : The American Metaphysical Circus (Byrd) (4:55)
  • 2 : Hard Coming Love (Byrd, Moskowitz) (4:43)
  • 3 : Cloud Song (Byrd, Moskowitz) (3:18)
  • 4 : The Garden of Earthly Delights (Byrd, Moskowitz) (2:39)
  • 5 : I won't Leave my Wooden wife for you, Sugar (Byrd, Moskowitz) (3:52)
  • 6 : Where is yesterday (Bogas, Marron, Moskowitz) (3:07)
  • 7 : Coming Down (Byrd, Moskowitz) (2:40)
  • 8 : Love Song for the dead Ché (Byrd) (3:25)
  • 9 : Stranded in Time (Bogas, Marron) (1:50)
  • 10 : The American Way of Love (Byrd, Forbes, Marron, Moskowitz, Woodson) (6:38)

Postérité[modifier | modifier le code]

Le groupe est devenu culte et a influencé de nombreux autres, notamment Broadcast[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie, Flammarion, 2010, p. 91