Terminale C

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

terminale C
Image illustrative de l’article Terminale C
Enseignement Enseignement secondaire (second degré)
Cycle Second cycle (Lycée)
Cursus/voie générale
Préparation au baccalauréat C
Classe terminale
Série/filière/section C
Élèves
dont hommes
dont femmes
Réussite
Échec
Succession au lycée
Succession dans l'enseignement

Dans l'enseignement secondaire français, la classe de terminale C correspondait à une classe de terminale préparant au baccalauréat C et succédant à la classe de première S.

L'enseignement comportait comme matières principales les mathématiques et la physique-chimie. Les autres matières enseignées étaient la philosophie, la biologie, l'éducation physique et sportive, l'histoire-géographie, les langues vivantes 1 et 2, ainsi que les langues mortes comme le latin et le grec ancien. Le français n'était plus enseigné en terminale (l'épreuve du baccalauréat de français se déroulant à la fin de la classe de première)

La terminale C succède en 1968 à la classe de terminale « mathématiques élémentaires » ou « math-élem » créée en 1945 ; alors que l'on s'inquiétait d'une désaffection des terminales scientifiques en 1966, la terminale C eut beaucoup plus de succès[1].

Ainsi progressivement, le bac C fut considéré comme la filière de sélection des élites, le bac D (biologie) étant moins coté. En 1989, Jack Lang, ministre de l'Éducation nationale fait voter une loi d'orientation prévoyant la fusion afin de casser cette domination. En 1993, François Bayrou, ministre de l'Éducation, mettra en œuvre cette fusion de la classe de terminale C avec les classes de terminale D (biologie) et terminale E (technologie) pour former les classes de terminale scientifique[2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livre L'Enseignement secondaire scientifique en France d'un siècle à l'autre, 1802-1980 par Nicole Hulin édité en juillet 2007 par l'Institut national de recherche pédagogique pages 46-48 (ISBN 978-2-7342-1083-2).
  2. APMEP FAUT-IL SUPPRIMER LA VOIE SCIENTIFIQUE DES LYCÉES ?