Tchetverikov MDR-6

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tchetverikov MDR-6
Vue de l'avion.

Constructeur Drapeau : URSS Tchetverikov
Rôle Hydravion de reconnaissance
Statut Retiré du service
Premier vol
Mise en service
Équipage
3
Motorisation
Moteur M-63
Nombre 2
Type Moteur en étoile à 9 cylindres
Puissance unitaire 1 100 ch (821 kW)
Dimensions
Envergure 19,40 m
Longueur 15,73 m
Hauteur 4,30 m
Surface alaire 59,50 m2
Masses
À vide 4 100 kg
Maximale 7 200 kg
Performances
Vitesse de croisière 220 km/h
Vitesse maximale 360 km/h
Plafond 9 000 m
Vitesse ascensionnelle 417 m/min
Rayon d'action 600 km
Armement
Interne 2 mitrailleuses ShKAS
Externe 600 kg de bombes

Le Tchetverikov MDR-6 est un hydravion à coque conçu en 1936 et employé de 1939 jusqu'aux années 1950[1], principalement par l'aviation navale soviétique. C'est un monoplan entièrement métallique à aile haute et doté de deux moteurs à piston.

Origine et développement[modifier | modifier le code]

Après plusieurs échecs dans la conception d'hydravion, Igor Tchetverikov présente le prototype de son MDR-6 aux autorités soviétiques en décembre 1937. La production est autorisée en 1938 et une cinquantaine d'exemplaires sont construits à l'entrée en guerre avec l'Allemagne.

Tout au long de sa période d'utilisation, l'hydravion fait l'objet de modifications en vue de d'améliorer son comportement en vol et sur l'eau ainsi que l'efficacité de ses missions de reconnaissance. Différentes motorisations et des variantes de son armement sont ainsi testées.

La production du MDR-6 reste cependant modeste, notamment à cause des accords Prêt-Bail et de l'arrivée en URSS de plusieurs PBY Catalina[2].

Versions[modifier | modifier le code]

  • MDR-6A : version produite entre 1938 et 1941, motorisée par deux M-63 en étoile de 1 100 ch de puissance chacun et équipée d'une tourelle avant. Désignée sous le nom de Che-2 à partir de 1941.
  • MDR-6B-1 : version avec une surface d'hydroplanage améliorée, une modification de la dérive (double dérive au lieu d'une dérive unique), la suppression de la tourelle avant et une motorisation par deux moteurs Klimov M-105A à douze cylindres en V refroidis par liquide de 1 100 ch de puissance chacun. Ces modifications apportent une amélioration de l'aérodynamisme et de meilleures performances. Version produite à partir de décembre 1940.
  • MDR-6B-2 : version très proche du MDR-6B-1 produite à partir de 1941.
  • MDR-6B-3 : version équipée de moteur M-105PF de 1 150 ch de puissance chacun, d'un radiateur frontal et de stabilisateurs escamotables. Version non acceptée par la marine soviétique car jugée peu stable sur l'eau en haute mer.
  • MDR-6B-4 : afin d'améliorer la tenue à la mer, cette version possède une coque plus profonde, des stabilisateurs fixes et une troisième dérive centrale. Elle est équipée de deux moteurs M-105PF.
  • MDR-6B-5 : cet ultime prototype est construit en 1946. Il est motorisé par deux moteurs VK-107 de 1 700 ch de puissance chacun. Conçu pour emporter quatre hommes d'équipage, il est armé de trois canons Berezin B-20 de 20 mm (un dans une tourelle avant, deux dans une tourelle dorsale électrique). Sa vitesse atteint 450 km/h à 6 000 m d'altitude. Son autonomie est de 3 000 km. Son concurrent le Beriev Be-6 lui est préféré pour la production, la marine soviétique jugeant l'espace intérieur du MDR-6B-5 inconfortable pour de longues patrouilles[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Enzo Angelucci et Paolo Maricardi, Les avions, t. 4 : La Seconde Guerre mondiale, U.S.A., Japon, U.R.S.S., etc, Paris - Bruxelles, Elsevier, , 324 p. (ISBN 2800303956), p. 224
  2. (en) Justin D. Murphy et Matthew A. McNiece, Military Aircraft, 1919-1945: An Illustrated History of Their Impact, ABC-CLIO, , 348 p. (ISBN 1851094989, lire en ligne), p. 231-232
  3. « Chetverikov MDR-6 (Che-2) », L'encyclopédie illustrée de l'aviation, no 57,‎ , p. 1139-1140

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Enzo Angelucci et Paolo Matricardi, Les avions, t. 4 : La Seconde Guerre mondiale - U.S.A., Japon, U.R.S.S., etc..., Elsevier Sequoia, coll. « Multiguide aviation », (ISBN 2-8003-0277-1), p. 224.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]