Taron (Arménie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’Histoire de l'Arménie
Cet article est une ébauche concernant l’Histoire de l'Arménie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Taron

Le Taron (en arménien Տարոն) est une région du centre de l'Arménie historique, possédée initialement par les Mamikonian. À la mort de Chmouel Mamikonian, tué à la bataille de Bagrévand (15 avril 775), son neveu Achot s'empare du Taron.

Il donne naissance à une lignée de princes bagratides du Taron :

  • 775-826 : Achot Ier († 806), Curopalate, prince des princes d'Arménie (Achot IV) en 806 ;
  • 826-851 : Bagrat Ier († après 851), fils du précédent, prince des princes d'Arménie (Bagrat II) en 830 ;
  • 858-878 : Achot II (ca) (v. 835 † 878), fils du précédent
  • 878-895 : Davit' (v. 840 † 895), frère du précédent ;
  • 895-897 : Gourgen († 897), fils d'Achot II
  • 897-923/936 : Grigor Ier († 939) Magistros, cousin germain du précédent, fils de Tornik, petit-fils de Bagrat Ier ;
  • 923/936-967 : Bagrat II († avant 940) et Achot III († 967), Patrices, fils du précédent ;
  • 967-968 : Bagrat III († ap. 987) et Grigor II († 995), fils d'Achot III.

En 968, les deux frères cèdent le Taron à Byzance, en échange de domaines et de charges byzantines. Leurs descendants prennent le nom de Taronitès.

Le Taron est à présent compris dans la province de Muş, en Turquie orientale.

Sources[modifier | modifier le code]