Tarab Tulku Rinpoché

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tarab Tulku Rinpoché
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Religion

Tarab Tulku Rinpoché, né le à Gangkyi Shar au sud de Lhassa (Tibet) et décédé le , fut reconnu comme étant la 11e incarnation de la lignée des Tarab Tulku.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tarab Tulku Rinpoché a rejoint le monastère de Drépung au Tibet où il a obtenu le diplôme de Géshé Lharampa (docteur en philosophie et psychologie bouddhiste). Un des étudiants qu’il y rencontre à Drépung est Dagpo Rinpoché[1]. Il est célèbre pour avoir appris le yoga du rêve avec Khensur Rinpoché, l’abbé de Drépung.

Après le soulèvement tibétain de 1959, accompagné de Kalsang Yeshi[2], il devra s’enfuir du Tibet. Il échappera à l’armée chinoise en suivant des chemins escarpés dans l’Himalaya, alors que les groupes de Tibétains qui le suivaient et le précédaient furent arrêtés[3].

Il fut le directeur de la Maison du Tibet de New Delhi, en Inde, puis il a été invité à visiter le Danemark dans les années 1960, par Pierre de Grèce, prince de Grèce et de Danemark. Il a été chercheur et professeur à l’université de Copenhague où il dirigea la section des études tibétaines[4], et à la Bibliothèque royale pendant plus de 30 ans. Le fait qu'il ait mené une vie laïque durant son séjour au Danemark peut l'avoir incité à mettre en pratique l'application de la philosophie bouddhique, notamment dans la psychothérapie[5].

Tarab Tulku Rinpoché a établi des centres bouddhistes qui portent son nom (instituts Tarab) à Paris, Munich, Bruxelles, Helsinki, Stockholm, Copenhague, Amsterdam, Budapest et Vienne. Ces centres mettent l’accent sur l’Unité dans la Dualité, un concept que Tarab Tulku Rinpoché a élaboré et développé sur la base de sa connaissance du bouddhisme tibétain. Le dalaï-lama a tellement aimé les enseignements de Tarab Trulku Rinpoché qu'il lui a demandé s'il pouvait les transmettre aux jeunes Tibétains[6].

La psychothérapeute Lene Handberg qui fut sa collaboratrice pendant 25 ans lui a succédé en 2004[7] à sa demande[8].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (en) avec Hartmut Buescher, Catalogue of Tibetan Manuscripts and Xylographs, Vol. 6.1-2. Curzon, Richmond, Surrey Press / Royal Library, Copenhagen 2000;
  • (en) A Brief History of Tibetan Academic Degrees in Buddhist Philosophy', 'Nordic Institute of Asian Studies (NIAS) Press, 2000, (ISBN 8787062852 et 9788787062855)
  • (de) avec le dalaï-lama, Einheit in der Vielfald : moderne Wissenschaft und östliche Weisheit im Dialog, 2005, Berlin : Theseus-Verl., (ISBN 3896202502 et 9783896202505), (conférence sur le Tendrel / Unité dans la Dualité (2002))

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hommage de Dagpo Rimpoché à Tarab Tulku Rimpoché, 4 novembre 2004, traduction Marie – Stella Boussemart
  2. Kalsang Yeshi : de Lhassa à l'exil, in Kim Yeshi, Tibet Histoire d'une tragédie, Édition La Martinière, 2009, p. 258-278
  3. Lene Handberg, Tarab Tulku Rimpoche 1/2, Sagesses bouddhistes, 20 janvier 2008
  4. https://books.google.fr/books?id=mcN8AgAAQBAJ&pg=PA235
  5. Tsering Namgyal, Little Lhasa: Reflections on Exiled Tibet, Indus Source, 2006, p. 45
  6. Tsering Namgyal, op. cit., p. 46
  7. Lene Handberg
  8. Unité dans la dualitéTarab Tulku Rimpoche 2/2, Sagesses bouddhistes, 27 janvier 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]