Tarab Tulku Rinpoché

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tarab Tulku Rinpoché
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
DanemarkVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Religion

Tarab Tulku Rinpoché, né le à Gangkyi Shar au sud de Lhassa (Tibet) et décédé le au Danemark[1], fut reconnu comme étant la 11e incarnation de la lignée des Tarab Tulku.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maison du Tibet de New Delhi.

Tarab Tulku Rinpoché a rejoint le monastère de Drépung au Tibet où il a obtenu le diplôme de Géshé Lharampa (docteur en philosophie et psychologie bouddhiste). Un des étudiants qu’il y rencontre à Drépung est Dagpo Rinpoché[2]. Il est célèbre pour avoir appris le yoga du rêve avec Khensur Rinpoché, l’abbé de Drépung.

Après le soulèvement tibétain de 1959, accompagné de Kalsang Yeshi[3], il devra s’enfuir du Tibet. Il échappera à l’armée chinoise en suivant des chemins escarpés dans l’Himalaya, alors que les groupes de Tibétains qui le suivaient et le précédaient furent arrêtés[4].

Il est directeur de la Maison du Tibet de New Delhi, en Inde, puis est invité dans les années 1960 par le prince de Grèce et de Danemark Pierre de Grèce à visiter le Danemark dont il acquiert la nationalité[5]. Il a été chercheur et professeur à l’université de Copenhague où il dirigea la section des études tibétaines[6], et à la Bibliothèque royale pendant plus de 30 ans. Le fait qu'il ait mené une vie laïque durant son séjour au Danemark peut l'avoir incité à mettre en pratique l'application de la philosophie bouddhique, notamment dans la psychothérapie[7].

Tarab Tulku Rinpoché a établi des centres bouddhistes qui portent son nom (instituts Tarab) à Paris, Munich, Bruxelles, Helsinki, Stockholm, Copenhague, Amsterdam, Budapest et Vienne. Ces centres mettent l’accent sur l’Unité dans la Dualité, un concept que Tarab Tulku Rinpoché a élaboré et développé sur la base de sa connaissance du bouddhisme tibétain. Le dalaï-lama a tellement aimé les enseignements de Tarab Trulku Rinpoché qu'il lui a demandé s'il pouvait les transmettre aux jeunes Tibétains[8].

Tarab Tulku est mort au Danemark des suites d'un cancer[9].

La psychothérapeute Lene Handberg qui fut sa collaboratrice pendant 25 ans lui a succédé en 2004[10] à sa demande[11].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (en) avec Hartmut Buescher, Catalogue of Tibetan Manuscripts and Xylographs, Vol. 6.1-2. Curzon, Richmond, Surrey Press / Royal Library, Copenhagen 2000;
  • (en) A Brief History of Tibetan Academic Degrees in Buddhist Philosophy', 'Nordic Institute of Asian Studies (NIAS) Press, 2000, (ISBN 8787062852 et 9788787062855)
  • (de) avec le dalaï-lama, Einheit in der Vielfald : moderne Wissenschaft und östliche Weisheit im Dialog, 2005, Berlin : Theseus-Verl., (ISBN 3896202502 et 9783896202505), (conférence sur le Tendrel / Unité dans la Dualité (2002))

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.rinpoche.com/teachings/ground.htm
  2. Hommage de Dagpo Rimpoché à Tarab Tulku Rimpoché, 4 novembre 2004, traduction Marie-Stella Boussemart
  3. Kalsang Yeshi : de Lhassa à l'exil, in Kim Yeshi, Tibet Histoire d'une tragédie, Édition La Martinière, 2009, p. 258-278
  4. Lene Handberg, Tarab Tulku Rimpoche 1/2, Sagesses bouddhistes, 20 janvier 2008
  5. Folkeregistret in Horsholm
  6. (en) Brent Willock, Lori C. Bohm et Rebecca C. Curtis, On Deaths and Endings, , 344 p. (ISBN 978-1-134-15495-1, lire en ligne), p. 235.
  7. Tsering Namgyal, Little Lhasa: Reflections on Exiled Tibet, Indus Source, 2006, p. 45
  8. Tsering Namgyal, op. cit., p. 46
  9. http://www.tarab-institute.org/sites/default/files/pdf/newsletters/UD_newletter_3.pdf
  10. Lene Handberg
  11. Unité dans la dualitéTarab Tulku Rimpoche 2/2, Sagesses bouddhistes, 27 janvier 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]